La diversité crée 15% du PIB de la France

 

La « diversité », au sens strict, désigne les personnes d’origine étrangère qui résident sur le sol français, c’est-à-dire les immigrés et leurs descendants. Dans un sens plus étendu, la diversité rend compte du métissage de la population résidente, ce qui implique de comptabiliser les ménages dits « mixtes ».

Selon l’Insee, la diversité rassemble un peu plus de 4,5 millions de ménages qui se répartissent comme suit:

  • Ménages immigrés : 2,1 millions
  • Ménages descendants d’immigrés (1ère génération) : 1,25 millions
  • Ménages mixtes (dont un seul conjoint est immigré): 1,17  millions

Pour tenir compte de la profondeur temporelle de l’immigration en France, il convient de tenir compte des descendants d’immigrés de deuxième génération,  qui regroupaient (en 2011), 4,67 millions de personnes.

Je me propose d’estimer la contribution économique de ces personnes à la richesse produite chaque année dans le pays.

Le résultat obtenu est considérable.

La diversité est à l’origine de 15,4% du Produit intérieur brut de la France, soit 300,22 milliards d’euros, ce qui équivaut au PIB de l’Autriche

didiversite

La méthodologie qui permet d’aboutir à ce résultat est assez simple. Elle consiste à calculer les revenus que les ménages concernés ont crées.

Au point de départ, nous disposons du montant et de la composition du revenu disponible par catégorie de ménage (Immigrés et descendants d’immigrés en France-Edition 2012).

diversite

Ce tableau est important car il contient des indications sur les revenus directement issus de la production effectuée par les ménages liés à l’immigration. Chacun de ces revenus figure au PIB. Il s’agit de salaires, de revenus du travail indépendant et de revenus du patrimoine (loyers, intérêts…).

Bien sur, il faut retraiter  les données du tableau ci-dessus:

  • Les immigrés reçoivent 5 milliards d’allocation chômage. On les retranchera donc de la colonne salaires et allocations chômage.
  • Les employeurs des immigrés versent 51 milliards au titre des cotisations sociales. Cette estimation découle du comportement moyen des entreprises en France, qui versent 57 centimes de cotisations pour chaque euro de salaire net.

En ce qui concerne la contribution économique des « petits-enfants » d’immigrés, j’ai choisi d’appliquer une règle simple, qui consiste à multiplier leur nombre par le PIB moyen par habitant de notre pays, considérant qu’ils ne se différencient pas du reste de la population au plan économique, du moins, tant qu’une étude ne le démontre pas.

Le chiffre auquel on parvient ici n’est qu’une estimation informelle et non exhaustive, qui ne tient pas compte, par exemple, des résultats économiques des sociétés dont le dirigeant est immigré ou bien encore des profits que les employeurs de salariés immigrés retirent de cette exploitation (a priori, plusieurs dizaines de milliards d’euros…).

Quoiqu’il en soit, si par la plus obscure des providences, un régime identitaire post démocratique venait à chasser toutes les personnes d’origine étrangère, parents, enfants (ainsi que conjoints autochtones), la France perdrait instantanément un sixième de sa richesse annuelle.

Au plan matériel, c’est beaucoup, mais en termes de déchéance morale collective, les dégâts seraient, eux, incalculables.

DG

 

 

Publicités

6 commentaires sur “La diversité crée 15% du PIB de la France

  1. La « diversité au sens strict » désigne toutes les différences, homme/femme, jeunes/vieux, beaux/moches, intelligents/cons, etc., et pas seulement la consécration des fantasmes pétainistes malveillants ou bienveillants.

  2. Ce billet oublie complètement les coûts sociaux, éducatifs, urbains de l’immigration, ainsi que les fuites de capitaux qu’elle entraîne, mais ce n’est pas grave, ce n’était pas l’objet en effet.

    Enfin qu’une population représentant 13,5% du total ([4,5 + 4,6] / 67) produise 15% du PIB n’a rien de particulièrement exceptionnel, si tant est que tous les chiffres, de population ou de PIB, soient exacts.

    « mais en termes de déchéance morale collective, les dégâts seraient, eux, incalculables. »

    L’étude de l’Institut Montaigne de septembre 2016 explique que 50% des jeunes musulmans (entre 18 et 25 ans) sont sécessionnistes, on sait que la diversité est liée à la baisse de solidarité dans un peuple (Putnam), mais tout va bien se passer, puisque les progressistes l’affirment…

    1. Je ne sais pas ce qu’est un coût éducatif. Si tant est qu’on puisse calculer les dépenses affectées à l’immigration, elles sont de l’ordre des recettes fiscales payées par les immigrés (cf l’étude de gourevitch). Les immigrés étendent le PIB de la France, sans effet important sur le revenu moyen, à la hausse ou à la baisse. La diversité peut générer des problèmes de cohésion sociale dans un certain contexte. L’incapacité de beaucoup de français à ne pas paniquer devant le phénomène religieux, à juger leur passé et la manière paranoiaque dont on gère les problèmes sociaux dans ce pays depuis des siècles n’arrangent rien. Bref, la focalisation mortifère de l’opinion publique contre les immigrés est le signe d’un vide inquiétant. Les gens s’occupent j’ai l’impression.

      1. Un coût éducatif est un coût d’apprentissage culturel auparavant réalisé par la famille, aujourd’hui pris en charge par l’Education Nationale, avec des professeurs non formés pour cela. Qui, bizarrement, ne se pressent pas en banlieue pour accomplir cette tâche. Tous couts et recettes confondus, il n’est pas du tout assuré que le pays ait particulièrement profité de l’immigration. En revanche, que les progressistes se soient trouvés une raison et des subsides pour exister et argumentent en ce sens, c’est tout à fait évident.

        Le certain contexte que vous évoquez est créé par l’immigration incontrôlée s’accumulant dans des quartiers spécifiques incitant les blancs à déménager (théorie de la ségrégation non voulue, Shelling, 1971). Vous n’empêcherez pas les gens d’opter pour un quartier dans lequel ils puissent s’identifier.

        L’étude de l’Institut Montaigne a été réalisée par un fils de Tunisien et n’est pas particulièrement paranoïaque. Mieux, la surpondération de l’islam dans les revendications communautaires, dans les attentats, ou la population carcérale démontre que le multiculturalisme est loin d’être stabilisé. En outre, on s’en sortirait mieux si les nouveaux venus les plus revendicatifs ne passaient par leur vie à déconstruire le passé raciste et colonialiste de leur pays d’accueil, tant il est vrai que traiter ses hôtes d’oppresseur n’a jamais permis a un invité d’être bien vu.

      2. La bagarre entre les « progressistes » et les « reacs » est un sport national. On peut se laisser aller à y croire. Après tout, c’est un bon film et c’est même assez consolateur, un peu comme écouter de la musique triste. Tout le monde à ses petites doléances à formuler et se pense au centre d’un drame qu’il est le seul à comprendre. Quand on regarde les choses avec des lunettes d’ adulte, on se rend compte que la réalité est un peu différente:
        1/ L’école n’assure pas l’égalité des chances mais fonctionne pour les classes moyennes et supérieures. Le modèle scolaire repose sur un élitisme féroce, ce qui est sans doute le prix à payer pour justifier le poids de l’Etat dans un contexte capitaliste. Les enfants d’ouvriers en sont les premières victimes, or les enfants d’immigrés sont à 70% des enfants d’ouvriers. NB: le mépris culturel vis à vis des immigrés et de leurs descendants est le recommencement du mépris contre les ouvriers, classe qui n’a jamais été aussi mal traités en Europe de l’Ouest qu’en France. Le mépris de l’immigrés reste le mépris du pauvre et du chômeur.
        2/ La France est un pays malthusien. Pour que les rentes rapportent (et cela va du diplôme, à la licence de taxi), on restreint l’offre. Il manque des logements comme il manque de l’emploi. Ce n’est pas l’espace qui manque, ni les profits, mais chacun veut être au calme, repousser les autres autant qu’il le peut (les gens, en France, on aime pas ca, ca fait du bruit et ca gène la vue) et tout le pays fonctionne sur le mode du club des happy few. Résultat; le capital s’investit dans les secteurs abrités, 5 millions d’emplois publics sont fermés aux étrangers etc etc…
        3. La France entretient avec son histoire une forme de rêve éveillé. Les Français ne s’intéressent pas au passé colonial de leur pays (pas le temps, trop compliqué, on est pas pire que les autres etc…). Or la France a été un Etat-Empire pendant plus d’un siècle (avec 10% de musulmans dans les colonies réduit à l’état de meubles). De cette histoire il reste des liens culturels et un apport démographique considérable (15% de la population en lien avec les anciennes colonies). A partir du moment où les enfants d’immigrés des années 50/60 sont devenus majeurs (années 80), on a vu certains Français se crisper à l’idée que l’arabe qu’il croisait dans la rue n’était plus un colonisé mais un citoyen à égalité de droit. Le résultat est que lorsque des jeunes descendants d’immigrés travaillent dans le tertiaire et qu’ils doivent interragir avec le client par téléphone ils sont obligés de changer de prénom. Cela finit par devenir absurde mais en dit long sur l’état moral d’un pays qui a ses charmes mais qui ne brille pas par son sens de la vie collective.
        Le résultat: des jeunes désaxés se mettent à devenir des serial killer en s’embrigadant dans ce qu’ils savent choquer le plus le Français moyen (la religion) et le livre d’Eric Zemmour se vend à 500 000 exemplaires, dans lequel on raconte que finalement la participation à la Shoah, n’était qu’un moindre mal. Le moindre mal: voilà une expression bien française. Le FN et tout le fatras réactionnaire sont notre dernière ligne Maginot…
        Quand le Monde ira mieux et que les autres peuples auront fait avancer l’histoire, les Français sortiront de leur casemate, ils redeviendront optimiste, et les gens comme vous seront de fieffés progressistes, je le parie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s