Pas d’état de grâce économique pour le Brexit

 

Les statistiques de la comptabilité nationale britannique montrent que les 100 premiers jours qui ont suivi le vote en faveur du Brexit n’ont pas renforcé l’économie du Royaume-Uni.

La croissance du troisième trimestre 2016, qui  ressort à 0,5%,  est inférieure à celle du deuxième trimestre (0,7%) et repose essentiellement sur le dynamisme du secteur des services, avec une performance remarquable de l’audiovisuel et des entrées de cinéma (+16%), sans lesquelles la croissance globale n’aurait été que  de 0,4%.

ons1

Ailleurs dans l’économie, tout recule, qu’il s’agisse de la production manufacturière (-1%), de l’agriculture (-0,7%) ou de la construction (-1,4%).

Quant au commerce extérieur, on ne peut pas vraiment dire qu’il bénéficie d’un rebond puisque de juillet à août, les volumes de biens importés ont augmenté de 7,2%, tandis que les exportations ne progressaient  que de 0,3%. On note que le déficit commercial du Royaume-Uni vis-à-vis de l’UE continue de se creuser, avec une diminution des exportations anglaises vers le continent de l’ordre de 0,6%.

Certes, il est encore bien trop tôt pour évaluer les effets de la dépréciation de la Livre (il faut pour cela attendre encore de six à douze mois), mais, à l’évidence,  après des mois de campagne électorale et une victoire franche, les partisans du Brexit ne bénéficient d’aucun « état de grâce » économique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s