Le libéralisme, c’est la fête au village

fetevillag

 

« Si les mécanismes de marché sont un dispositif assez adéquat pour prendre des décisions sociales sur des sujets sans grande importance, comme la bonne combinaison des couleurs de robes, la longueur des jupes ou les goûts des crèmes glacées, on ne peut et on ne doit pas s’en remettre à ces mécanismes pour des décisions fondamentales et lourdes de conséquences comme la répartition des revenus, le maintien de la stabilité économique, le développement des investissements, l’éducation et la formation des jeunes gens. »

« (…) la synthèse néoclassique insiste sur l’équilibre et les tendances « équilibrantes », tandis que la théorie de Keynes s’intéresse aux affaires faites par les banquiers et les hommes d’affaires de Wall Street. La synthèse néoclassique ignore la nature capitaliste de l’économie, une réalité que la théorie de Keynes ne perd pas de vue un seul instant. »

« L’apport walrassien à la synthèse néoclassique commence par une discussion consacrée à une économie de troc abstraite, du type de celle que l’on peut trouver dans une fête de village ».

Hyman P. Minsky. « Stabiliser une économie instable » (1986). Chapitre 5. Les petits matins/Institut Veblen (2015)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s