La zone Euro a été relativement épargnée par la crise, mais l’austérité l’a prolongée

croissancepotentielle

Le Focus du 13 mars 2015 (Banque de France) apporte un éclairage intéressant sur la sensibilité des Etats-Unis et de la zone Euro à la crise.

Au plus fort de la récession, l’écart entre le PIB potentiel (l’offre maximum de biens et services compatible avec la stabilité des prix) et le PIB observé est deux fois plus important Outre-Atlantique (-6%) que sur le vieux continent (-3%).

Entre 2009 et 2011, la zone Euro se redresse et l’écart de croissance (« le gap ») est en passe de disparaître, alors que les Etats-Unis se situent toujours bien en dessous de leur potentiel.

Les choses changent à partie de 2011. La panique des Etats et des opinions publiques européennes face à la montée de l’endettement public, conjuguée à la propagande anti-dette des populistes droitiers, précipitent l’abandon prématuré des plans de relance. Le résultat est net: en 2013 et 2014, la zone Euro replonge comme en 2009, alors que les Etats-Unis marquent simplement un temps d’arrêt dans la reprise.

D’après cette étude, les deux blocs économiques devraient retrouver un niveau d’activité à peu près « normal » en 2019.

Il est intéressant d’observer que l’Euro n’a pas empêché les économies de la zone de croître au delà de leur PIB potentiel, au cours des périodes 1999-2002 et 2006-2008, alors que les Etats-Unis restaient affaiblis après la récession de 2001.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s