La France est-elle médiocre?

siouper

Parcourant la revue Challenges, je découvre l’existence de Bruno Cavalier et Fabien Bossy, deux experts à la banque d’investissement Oddo et Cie, qui nous proposent un outil simple pour mesurer la performance économique des nations.

Chic alors. Quel est donc l’avis d’Oddo sur notre pays?

 La France se caractérise avant tout par sa constance dans la médiocrité. Depuis 1996, c’est le seul pays, avec la Grèce, où la note n’ a jamais dépassé B. 

Ainsi donc, le bulletin scolaire de l’économie française serait plus proche du mauvais que du bon.

Pour faire profession de vérité, les auteurs s’appuient sur le travail de deux économistes du FMI (Vadim Khramov et John Ridings), concepteurs d’un indicateur de performance économique (IPE) adapté aux Etats-Unis, qui combine les écarts  des taux d’inflation, de croissance, de chômage et de déficit budgétaire par rapport à des taux cibles.

Le duo d’Oddo y voit un modèle pratique pour comparer les performances entre plusieurs pays. Pourquoi pas, mais le lecteur attentif remarquera que le FMI mesure l’IPE sur plus de deux siècles, alors qu’ici, on tire des conclusions sur une période de 18 ans (1996-2013). Ajoutons que l’étude d’Oddo affuble tous les pays de l’échantillon retenu d’un taux de chômage naturel identique (4,75%), et cela quel que soit leur dynamisme démographique.

Voici les notes de 11 pays de la zone Euro, auxquelles s’ajoutent celles de l’Angleterre, des Etats-Unis et du Japon.

notesdoddo

Selon les économistes d’Oddo et Cie, la France se complairait dans la médiocrité parce qu’elle ne dépasserait jamais la note « B » (Bien).

Pourtant, il est possible de  faire une lecture moins partisane de ces résultats:

  • Avant la crise, la France améliore sa performance et fait mieux ou aussi bien que l’Allemagne deux années sur trois.  A partir de 2000, sauf en 2003, notre pays atteint ses objectifs de manière tout à fait satisfaisante.
  • Entre 2008-2012, la France rétrograde en « C ». D’après les auteurs, c’est médiocre, mais l’étude du FMI qualifie très exactement ce score de passable (fair). Sur n’importe quel bulletin scolaire, puisque c’est l’esprit de ce truc, il s’agit d’une différence notable.
  • Sur toute la période, la France affiche une performance passable, globalement plus proche du meilleur que du mauvais. Ceci nous a évité les illusoires « A » obtenus par nos voisins Espagnols ou Italiens, qui ont été suivis de l’effondrement que l’on sait.

Ajoutons que l’utilité de l’indicateur d’Oddo ne saute pas aux yeux lorsqu’il s’agit  d’anticiper un dérèglement  structurel. En effet, entre 1996 et 2007, le nombre de pays en situation « A », soit très bonne ou excellente, a quasiment doublé.

A notre tour, nous écririons sur un bulletin: bâclée, très mal écrite et orientée, l’étude des économistes d’Oddo et Cie  alimente fort médiocrement l’air du temps.

3 réflexions au sujet de « La France est-elle médiocre? »

  1. Il y a des jours ou je m’interroge sur le sérieux de ces gens-là !
    Comment leur est-il possible de nous dresser des statistiques pour justifier du sérieux de leurs positions, de leur science « dure » etc et prétendre en tirer un modèle « intuitif » qui fleure bon la logique floue informatique …
    http://www.imf.org/external/pubs/cat/longres.aspx?sk=41005
    Et puis, pour les USA, faire un même modèle mathématique pour un monde qui a tellement changé, est-ce bien raisonnable ?
    Ne pas avoir de travail quand on dispose d’un lopin dans un patelin rural qui ne connait pas les tentations de la ville en 1880 n’a rien à voir avec un chômeur dans un quartier déshérité de Detroit en 2000 ?
    http://www.businessinsider.com.au/the-imf-economic-performance-index-2013-10

    Naïveté ou théoéconomie ?

    1. C’est certain que dans une société où 90% des actifs sont salariés le chômage a des implications beaucoup plus grave, d’où la prise de conscience au cours des année trente de la nécessité d’apporter une compensation sociale aux personnes privées d’emploi. Le « modèle » en question est aveugle à ce genre de chose et on peut se demander quelle cible d’emploi pouvaient se donner les pouvoirs publics en 1850.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s