Débat sur la répartition: les classes populaires sont de retour

La focalisation des médias sur le sort des « classes moyennes » et des 1% les plus riches énerve le débat sur la répartition du revenu plutôt qu’elle ne l’éclaire et le structure.

Une étude du Centre pour le développement global vient à propos.

Elle fait apparaître deux tendances, communes à la plupart des pays:

  • La part des 10% les plus aisés dans le revenu global est généralement une fonction inverse de celle qui revient aux 40% les plus pauvres. Dit plus sobrement: quand les « riches » sont à la fête, les « pauvres » trinquent.
  • La part qui revient au groupe central est à la fois stable et équitable puisque 50% du revenu global vont aux 50% de la population qui ne sont ni « riches » ni « pauvres ».

incomeshare

Comme le montre le graphique ci-dessus, il faut vraiment que le dixième le plus aisé rafle la mise pour que les classes moyennes et populaires y perdent simultanément. Bien des pays d’Amérique latine sont dans cette configuration, tels le Brésil, le Chili ou le Honduras.

A propos du Chili, le même auteur montre à quel point la dictature néolibérale du général Pinochet fut une période exceptionnelle, non pas en termes de PIB par habitant (voir Econoclaste), mais du point de vue des 10% les plus riches.

chili

En situant l’affrontement entre les 10% les plus aisés et les 40% les plus modestes, l’étude élargit le champ des bénéficiaires de la domination sociale à d’autres groupes que les éternels banquiers et autres traders de service; elle désigne également les  groupes sociaux les plus menacés, qui ne sauraient se limiter aux exclus ou s’étendre à la catégorie  floue des « classes moyennes ».

3 réflexions au sujet de « Débat sur la répartition: les classes populaires sont de retour »

  1. Dans n’importe quel pays, la différence au niveau de la classe sociale est chose courante surtout sur le plan économique et comme on le sait ce sont « les pauvres » qui en souffrent le plus. Ces graphiques montrent très bien comment l’économie se dégrade avec le temps ; or la solution ne se repose que sur le Chef de l’Etat et les initiatives qu’il décide de prendre.

    1. Je suis d’accord, les notions de classe sociale restent valables, au moins aux points extrêmes de la hiérarchie sociale. En revanche, le graphique ne décrit pas une loi de l’histoire puisqu’il se contente de classer, en 2010, les pays selon la part qu’occupent les 10% les plus aisés dans le revenu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s