La démographie a protégé l’Allemagne d’un choc de chômage en 2009

oldgerman

Comment se fait-il que le taux de chômage allemand ait été si peu sensible à la crise?

Alors qu’en 2009, le taux de chômage moyen des pays de l’OCDE grimpait de 2,2 points,  il ne progressait de 0,2 point en Allemagne.

Sans nier la qualité du dialogue social dans ce pays, qui a permis de sauver des emplois grâce à la diminution temporaire des horaires de travail, il ne faut pas oublier le rôle positif joué par la démographie.

En effet, d’après les estimations de l’OCDE, si la population en âge de travailler (15-64 ans) avait augmenté à l’instar des autres pays industrialisés, plutôt que de régresser de -0,5%,  le taux de chômage aurait augmenté de 1,2 points, soit 6 fois plus rapidement que la réalité.

Deux autres effets, toujours d’après l’OCDE,  expliqueraient la tendance des entreprises allemandes à préserver leurs effectifs en période de récession:

  • les entreprises préfèrent conserver leur personnel pour éviter d’être confrontées, ultérieurement, à une pénurie de jeunes se présentant sur le marché du travail,
  • les syndicats opposeraient une résistance plus farouche que par le passé aux licenciements parce que le report de l’âge en retraite ne permet plus de réduire les effectifs de « seniors » pour préserver l’emploi  des salariés plus jeunes.

Au total, directement ou indirectement, la démographie serait une cause majeure du « miracle allemand » lors de la récession de 2009.

8 réflexions au sujet de « La démographie a protégé l’Allemagne d’un choc de chômage en 2009 »

    1. Merci pour le lien. Les nations sont une chose, le nationalisme en est une autre. En général c’est la garantie de la betise. Je pense que l’Allemagne a surtout bénéficié d’une chance historique, celle de vendre des produits demandés par des pays émergents en croissance très rapide. Qu’en sera t il demain?

    2. Certains intérets allemands sont tentés de jouer les passagers clandestins en bénéficiant de l’Europe sans en payer le coût en termes de solidarité et de coordination. Ne leur donnons pas l’occasion de l’emporter en balançant le bébé avec l’eau du bain européen.

    3. J’attire votre attention sur le fait que depuis 20 ans nous ne faisons que pratiquer la d’évaluation compétitive de manière indirecte: allégements de charges massifs, des indexation des salaires, délocalisations et susbstitution de la TVA a l’impôt sur le revenu. Pour quel résultat?

  1. Je crois que les abaissements de charge sont au mieux des caches sexes de la dépense publique, au pire des avantages clientélistes. Le poids de la dépense publique rapporté au PIB n’a cessé d’augmenter – et vite – depuis 30 ans. La libéralisation sauvage de notre économie est un mythe. J’aime assez l’un des derniers billets d’Artus à ce sujet.
    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/patrick-artus/artus-la-france-dernier-pays-communiste-28-08-2013-1718740_1448.php

    1. La dépense publique en France c’est surtout la protection sociale, puis l’école, en partie du fait de notre dynamisme démographique. La France n’est pas libérale et encore moins communiste. C’est un pays morcelé et sécuritaire qui a autant peur de la concurrence que ses inégalités d’autant plus profondes qu’elles sont masquées par une apparence d’égalitarisme. N’oublions pas que jusqu’à la fin des années soixante dix un quart des français étaient pauvres et que ce grand pays républicain était le plus inégalitaire du monde industrialise.

      1. Bien sûr qu’il force le trait.😉 Mais son analyse des syndicats comme protecteurs des « insider » est très juste. De ce que j’en sais, toutes les formes dégradées de contrat de travail ont été inventées après le choc de 73 (le CDD principalement). Il fallait bien flexibiliser le marché du travail, et on a fait payer ce coût aux entrants sur le marché ou à ceux en position de faiblesse. Et les syndicats veillent au grain pour que cela ne change pas, que la génération qu’ils représentent arrivent à la retraite avec ses droits. Qu’importe la suite, ils n’existeront plus pour la voir !
        Sur l’inégalité en France, ça m’intéresse. Vous avez des sources ? Je me souviens d’un doc qui montrait que les inégalités de revenu en France avant redistribution équivalaient à celles des Etats-Unis, et qu’après redistribution ont ressemblait à un pays nordique !

  2. Artus exagere , comme toujours. Les syndicats n’ont empêché aucune des réformes du précédent quinquennat. L’esprit rentier et corporatiste est certes tenace en France, mais il concerne une grande masse de la population. Aller dire aux taxis qu’ils sont communistes…Pour ma part je suis favorable au marche s’il avantage les plus faible et les minorités. Vaste sujet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s