Todd capitule devant la mondialisation

Ce dont la France et les autres pays ont besoin, c’est de se recentrer – comme l’ a fait Allemagne depuis sa réunification – sur l’idée de nation pendant un bout de temps. Nous, Français, avons besoin de nous retrouver entre nous, avec nos bonnes vieilles luttes des classes, avec notre fantastique diversité culturelle, avec notre Etat, et notre monnaie. Nous devons tirer de nos traditions et de notre histoire ce qu’il faut pour nous en sortir. E. Todd. Marianne (06.07.2013).

7 réflexions au sujet de « Todd capitule devant la mondialisation »

  1. malheureusement, la lutte des classes n’est pas « notre bonne vieille lutte des classes », c’est un fait indéniable, où cette année passée, par exemple, les + riches ont vu leur patrimoine augmenter de 25 %, alors que les salariés ont obtenus 20 cents d’€ par jour et les plus pauvres, rien du tout, et même moins que rien !!!

    1. Je pense que Todd est très conscient de cela. Il est même très remonté sur ce point. Ceci dit, sa conception de la lutte des classes se résume à l’opposition riches/pauvres et à la nostalgie des années 50.

  2. Se pourrait-il que Todd soit, malgré sa nostalgique d’une lutte des classes qu’il maîtrise, plus inquiet de la tournure des évènements, notamment la façon dont le libéralisme gère les rapports humains ?
    Il en parle très bien dans « Après la Démocratie », livre dont vous avez fait la promotion …

    De même, en sachant nous souvenir de nos origines, de notre histoire, nous sommes plus à même d’aborder l’avenir et les difficultés.
    Cette façon de voir les choses est la base des recherches de Coletis et Pecqueur. Il s’agit de puiser dans ses racines, son AOC ou ses gènes pour ressourcer, rénover ou re-dynamiser un territoire en perte de vitesse économique et social.
    Et ça marche.

  3. J’ai pas mal appris de choses sur la France en lisant Emmanuel Todd, mais avec ses airs patelins, il est partisan d’une sorte de reprise en main du pays. Certes, il ne serait pas productif de nier les ressources de la France, mais pourrons nous les valoriser dans une Europe disloquée par le « retour des Nations »? Pourquoi se retour aux frontières? Emmanuel Todd rêve d’une France qui n’existe plus, celle de la fin du XIX ou de la Belle Epoque, qui pouvait se permette d’être protectionniste que parce qu’elle possédait un Empire colonial. Je doute que Fernand Braudel, eut goûté, la facon dont son éleve Todd vante les vertus de l’entre soi….

  4. L’entre-soi, aujourd’hui est européen.
    Mais avec une vision, un projet global qui, comme en 1804 prévoit de grands principes fédérateurs qui ne renient pas les particularismes « locaux ».
    « Léger » souci : la façon de concevoir le monde, à la mode inégalitaire ou non, selon que l’on est un barbare anglosaxon ou de tradition grecoromaine …

  5. Le pire c’est que, quand on le Todd de « apres l’empire » (le Todd de 2004-2008), il est explicitement fédéraliste européen et pro-constitution pour des raisons de géopolitiques globables (cf derniere phrase de Fultrix, en tres gros). Son « protectionnisme » se pense comme ça. Il dit des trucs comme « je disais des conneries sur l’Allemagne [au moment de Maastricht], elle peut changer [au sujet de la réforme du code de la nationalité] ». Puis à partir de la, on dirait qu’il dérive a nouveau vers le Todd « de souche ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s