La France, terre d’intolérance?

Depuis quelques mois, la France donne à voir sa face la moins aimable, au travers des défilés et autres processions contre l’extension du mariage aux personnes de même sexe.

Malheureusement, les mouvements auxquels nous assistons semblent confirmer les résultats du World Values Survey (2005-2008), qui placent notre pays parmi les plus intolérants du monde industrialisé.

Florilège:

  • 26,8 des Français ne veulent pas de voisins appartenant à une autre « race », ce qui fait de notre pays le 12ième le plus raciste de l’échantillon ci-dessous, très loin devant les Etats-Unis (4,1%) ou l’Allemagne (8,6%).

tolerance4

 

  • 34,1% des Français se souhaitent pas de voisins homosexuels, contre seulement 9,4% en Espagne. Notons qu’à travers le monde,  l’hargnosité  se dirige avec plus d’intensité contre l’orientation sexuelle  d’un individu que sur son origine raciale supposée.

tolerance1

  • 37,4% déclarent ne pas vouloir côtoyer un malade du sida, contre 18,3% en Allemagne

tolerance2

  • 43,2% ne voudraient pas de travailleurs étrangers ou immigrés dans leur voisinage (7ième pays le plus xénophobe)

tolerance6

  • 13,4% déclarent  ne pas vouloir côtoyer de personnes non mariées, ce qui place notre pays très haut dans la hiérarchie du rejet.

tolerance7

Le sondage ne précise pas dans quelle mesure des voisins immigrés homosexuels, mais mariés et parlant le français, gagnent en acceptabilité. Il faudrait poser la question.

Si ces résultats sont avérés, alors les paroles d’évangile dont se targuent les adversaires du mariage universel masquent mal une peur qui, comme le chante le poète, tend  la patte.

5 réflexions au sujet de « La France, terre d’intolérance? »

  1. Je ne peux m’empecher de commenter car car il y a un biais important dans le WVS:

    a) on analyse les paroles, pas les actes. ça a de nombreuses implications. En espagne par exemple, le taux de cohabitation pre-matrioniale est l’un des plus faibles d’europe, alors que le questionnaire nous dit que les espagnols déclarent ne pas avoir de problemes avec ça…en france, ce type d’union est quasiment la norme. Il y a une incohérence flagrante.

    b) il y a des pays ou la question de « vivre a coté » des « étrangers » recouvre des réalités tres différentes, voire est purement rhétorique (en pologne, des juifs ?). En france le mot étranger est aujourd’hui interpreté de manière univoque, et la mitoyenneté renvoie à la fois à la maniere doit est organisé la population spatialement et sa popre dépréciation (qui voudrait vivre dans une « banlieue » ?

    c) pour ne prendre qu’un exemple: pour ce qui est de la torélance aux homosexuels, on voit deja que le chiffre chute.

    Mes hypotheses

    a) le « débat » actuel renvoie surtout au besoin d’adscription, en situation d’anomie et d’individuation. Avoir un avis, c’est exister.

    b) le type de réponse est alimenté par la « dépénalisation » du racisme lignt au cours des 8 dernieres années ( sarkozy, Lepen vs Marine, France2 et ses « sondages »). C’est presque une nouveauté, et d’autant plus virulante que pendant 30 ans, il y avait une pression interiorisé tres forte (vécu: une maman a son fils: « on ne dit pas « les arabes, c’est malpoli. On dit les maghrébins », vers 1994)

    b) l »opposition renvoie aussi, plus largement, à la déconstruction des classes moyennes ( cf louis chauvel), qui au fur et a mesure qu’elle se désaèrent ou menacent de l’etre abandonnent valeurs dominantes (europe, tolérance, etc…) perçues comme celle de groupes dominants. En appréciation la dynamique du WVS, ça serait particulierement clair, et interessant (:pourquoi ce changement)

    1. A y regarder de plus près, tout n’est pas d’équerre dans cette étude. Par exemple, les enquêtes ne paraissent pas obéir aux mêmes règles dans tous les pays (échantillon de 1000 personnes en France, 2000 en Allemagne), les études sont étalées entre 2003 et 2007.
      A la réflexion, une prudence s’impose (par exemple l’ultra -racisme apparent de l’Inde exigerait une explication avant de se prononcer).
      Peut-être faut-il être prudent en effet avec l’emploi du mot « race ». De même, les gens n’ont pas toujours en tête le sens réel d' »immigré », mais l’enquête prend soin d’associer les immigrés et les étrangers (un sondage récent montrait que les français mélangent les notions d’immigrés, enfants d’immigrés et étrangers).
      Il se peut que les Français utilisent les réponses à ce genre de sondage pour protester, contester les autorités.
      Toutefois, il apparaît que l’hostilité envers les homosexuels (catégorie qui prête moins à confusion que les « immigrés ») est plus vivre qu’envers les étrangers: dans la plus part des pays l’hostilité dépasse 20%.
      La France se singularise parmi les pays industrialisés , par une hostilité à la différence particulièrement prononcée. Les explications manquent ici, il est possible d’analyser les résultats en tendance, mais je ne m’y suis pas risqué. ce serait intéressant en effet.
      Quant aux explications économique, sociologiques, elles ne manquent pas. Récemment, un historien israelien (Sternhell) affirmait que l’idéologie fasciste (« anti-lumières ») est née en France en raison de l’audace et la radicalité de notre Révolution. Peut-être que cette frilosité française s »explique par le chômage, la crainte de démotion sociale ou encore la moindre intensité des liens sociaux en France, comme le prétendent certaines études statistiques.

  2. A lire vos observations je m’interrogeais sur les sondés … dans quel patelin sont-ils allés les chercher ?
    Maitre Shin a bien dit les choses.
    J’y entends comme en écho les propos d’Emmanuel Todd dans son ouvrage « Après la démocratie ».
    Cela ne va pas être simple pour ramer à contre courant …

    1. Les sondages semblent respecter les proportions de catégories d’âge, milieux socio-professionnels, ,le type d’habitat. Je doute qu’Emmanuel Todd partage le constat de cette étude , car il défend mordicus l’idée que la xénophobie et le racisme sont une stratégie des élites (mais ses idées sont souvent changeantes). Je ne pense guère que la France soit plus exempte de ces tendances fâcheuses qu’elle ne l’était à la fin du XIXième.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s