La France, « homme malade » du commerce européen?

Sans nier la dégradation du commerce extérieur français, on peut nuancer la ritournelle catastrophico-médiatique  en s’intéressant à la contribution de notre pays aux échanges que l’Europe des 27 entretient avec le reste du monde.

Débutons avec la part de la France dans les exportations extra-européennes de biens (Source: Eurostat).

  • En 2011, la France est le troisième exportateur européen, entre le Royaume-Uni et l’Italie. Entre 2006 et 2011, la part de marché nationale a reculé de 1 point.

hommemalade11

  • Côté importations, la France se situe à  la 5ième place. Entre 2006 et 2011, nos importations ont augmenté de 25%, ce qui correspond au rythme général de  l’UE des 27.

hommemalade5

  • En 2011, notre pays a contribué positivement au solde des échanges européens de biens. Même si c’est de très peu (moins de 500 millions d’euros), ceci permet à notre pays d’occuper une position moyenne au sein de l’UE des 27.

hommemalade1

  • Avec un taux de couverture de ses exportations extra-européennes de biens égal à 100,3%, la France réalise une performance  honorable, supérieure à celle de l’Italie (88,5%) et proche de celle de la Finlande (108%).

hommemalade2

2 bémols:

  • Le solde commercial et le taux de couverture placent la France bonne dernière parmi les nations qui contribuent positivement au commerce extra-européen.
  • Entre 2006 et 2011, l’excédent commercial français à été divisé par 7 (un peu moins de 500 millions d’euros, contre près de 3,3 milliards d’euros en 2006).

hommemalade6

Quelques mots à propos des échanges de services:

  • La France conserve son rang de troisième exportateur européen, derrière l’Allemagne et l’Angleterre, mais l’on observe une légère érosion de la part de marché française, qui passe de 22,6% en 2006 à 20,8% en 2011.

hommemalade7

  • La France contribue positivement au solde européens des échanges de services  et affiche le 7ième excédent le plus important de l’UE des 27 .

hommemalade8

  • Depuis 2006, le taux de couverture des exportations de services s’est renforcé, passant de 113 à 116%.

Point de catastrophe donc, même si, pour effectuer une analyse plus serrée, il conviendrait de rapporter les performances commerciales françaises au poids démographique et économique de notre pays au sein de l’UE.

3 réflexions au sujet de « La France, « homme malade » du commerce européen? »

  1. Je me demande si ces chiffres sont véritablement interprétables sans redistribuer le commerce de transit qui passe par les Pays-Bas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s