La France, pays de l’impôt confiscatoire?

« Tenue de soirée »  (1986)

Les plus aisés ont-ils raison de se plaindre de leur sort?

Le risque d’une fuite en masse des Français, pour raison fiscale, est-il crédible?

 Les statistiques de l’OCDE sur la progressivité des impôts (taux de prélèvement croissant avec le revenu) remettent les pendules à l’heure.

impot1

Le graphique ci-dessus montre qu’au sein  des pays de l’OCDE l’effet redistributif des impôts est très modéré.

Précisons que sur l’axe vertical, on a rapporté la différence entre la concentration des revenus avant impôt (mesurée par le coefficient de Gini, qui, en cas d’inégalité extrême, est égal à 1) et celle après impôt.

En moyenne, l’impôt réduit la polarisation des revenus de moins de 10%.

La France se caractérise par un système fiscal peu redistributif.

Pourquoi cette situation?

D’un côté, notre pays n’a pas forcément besoin d’une forte progressivité de l’impôt, puisque la concentration des revenus marchands (salaires, revenus de la propriété et des indépendants) et des transferts sociaux est relativement limitée, comme l’indice la valeur du coefficient de Gini (<0,3). Le droit social, le salaire minimum et les revenus sociaux sont la clé de voute de l’égalisation des situations et font le gros du travail. Ailleurs, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, les écarts de revenus avant impôt sont beaucoup plus prononcés et comme l’Etat social est moins généreux, on exige un effort fiscal supplémentaire de la part des plus aisés.

D’un autre côté,  la floraison des niches fiscales et le poids des impôts non progressifs (ex: TVA) débouchent sur une sous-fiscalisation des plus aisés. A niveau d’inégalité équivalent, la Finlande demande deux fois plus d’efforts à ses élites économiques.

Pour le dire simplement,  les Français paient leur modèle social en cotisant, en achetant leur baguette de pain ou bien  en s’endettant auprès du reste du monde, plutôt qu’en pourchassant les « méchants riches ».

Une mention spéciale pour la Suisse (CHE), qui, miraculeusement, retourne l’instrument fiscal à l’avantage des plus riches.

impôt4

 Le graphique ci-dessus nous informe de la dispersion des revenus, entre les 10% des ménages les plus modestes et les plus aisés, parmi les pays de l’OCDE.

Les paradis inégalitaires existent. Ils se situent aux Etats-Unis, en Turquie, en Israël, au Chili et au Mexique.

On observe un écart considérable entre le Mexique et le Danemark.

Où se situe la France?

A mi chemin entre le Danemark et l’Australie, notre pays est plus inégalitaire que 12 nations et tout autant que ces repaires bolchéviques bien connus que sont les Pays-Bas et le Luxembourg.

3 réflexions au sujet de « La France, pays de l’impôt confiscatoire? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s