socialfrench

Les Français sont-ils asociables?

 

L’enquête 2010 sur les conditions de vie en Europe (Eurostat) souligne l’étonnante faiblesse des interactions informelles dans notre pays.

La population française serait peu encline à l’entraide spontanée, qu’il s’agisse, par exemple,  de donner un coup de main au voisinage ou d’offrir un repas à autrui: 17,4% des personnes interrogées s’en targuent, contre 35,6% en Allemagne et 44,9% en Espagne.

Chez nous, l’implication dans les activités d’une organisation caritative (1,5%), d’un syndicat ou d’un parti politique (2,7%),  ou bien encore d’une organisation religieuse (1,4%) est spectaculairement anecdotique.  On  interagit à l’occasion d’activités récréatives (sports, fêtes), et puis basta.

Ailleurs en Europe, il n’est pas rare que plus du tiers de la population déclare s’entraider. Quant à participer à des activités organisées par des associations professionnelles ou religieuses, cela peut mobiliser de trois à dix fois plus de monde qu’en France.

On se consolera en notant que deux pays nous battent  (la Hongrie et la République Tchèque) et que les Français se rattrapent un peu dans le domaine des « autres groupes ou organisations ».

Un autre résultat montre que les Français appliquent à la lettre le proverbe arabe Visite rare accroît l’amitié.

En effet, ils constituent l’une des rares populations dont la majorité des membres déclarent ne pas rencontrer leurs amis quotidiennement ou chaque semaine.

frenchfriends

Je laisse le dernier mot à Karl Marx, qui, en 1852, décrivait ainsi la vie des ruraux en France: Les paysans parcellaires constituent une masse énorme dont les membres vivent tous dans la même situation mais sans être unis les uns aux autres par des rapports variés. Leur mode de production les isole les uns des autres, au lieu de les amener à des relations réciproques. Cet isolement est encore aggravé par le mauvais état des moyens de communication en France et par la pauvreté des paysans.(…). La parcelle, le paysan et sa famille ; à côté, une autre parcelle, un autre paysan et une autre famille. Un certain nombre de ces familles fondent un village et un certain nombre de villages un département. Ainsi, la grande masse de la nation française est constituée par une simple addition de grandeurs de même nom, à peu près de la même façon qu’un sac rempli de pommes de terre forme un sac de pommes de terre ». (Le 18 brumaire de Louis Napoléon Bonaparte).

3 réflexions au sujet de « Les Français sont-ils asociables? »

  1. Quand on reviens de voyage à l’étranger, en tous cas de certains pays, ce qui frappe le plus est la violence des rapports humains en France. Les gens se bousculent sans même s’excuser, se parlent durement ; les serveurs, commerçants et autres sont limites aimables…
    Et puis surtout : plus de 100 000 SDF dans nos rues ! Ce chiffre ne nous dit rien sur la situation économique – la Turquie ou même l’Albanie comptent bien moins de gens à la rue -, non, ce chiffre nous dit tout sur la dureté des rapports humains et sociaux en France. Nous sommes près à laisser crever les autres. Pire ! On a même l’impression que beaucoup pense « si c’est l’autre qui tombe, ce ne sera pas moi ».
    Merci pour la vidéo, très drôle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s