En France, l’Etat devrait consulter

consultations

La République française  se passe volontiers de l’engagement civique de ses habitants.

L’étude Mesurer le bien-être (OCDE 12 octobre 2011) met en évidence la faible appétence des pouvoirs publics  pour tout ce qui pourrait permettre de consulter le citoyen avant le vote d’une loi ou l’instauration d’un règlement.

Alors que les réunions publiques et autres commissions consultatives foisonnent en Australie, au Canada, en Suède ou en Grande-Bretagne, l’indicateur synthétique de consultation est particulièrement bas en France. Seuls le Chili, Israël et l’Estonie faisaient moins bien que nous en 2008.

Entre 2005 et 2009, 15 pays ont amélioré leurs procédures démocratiques.

En France, rien de tel. Où nous étions, nous restons.

Le rapport de l’OCDE souligne également les carences de notre pays en termes de participation électorale: En France, la participation électorale est de 91% pour les 20% les plus aisés, contre 80% pour les 20% les plus modestes. Cette différence de 11%, plus élevée que l’écart moyen au sein de l’OCDE de 7%, indique qu’une plus forte cohésion sociale pourrait être bâtie autour des institutions démocratiques.

Publicités

2 commentaires sur “En France, l’Etat devrait consulter

  1. Heu, j’avais cru comprendre que nous élisions des représentants parlementaires afin qu’ils discutent des affaires à notre place ?
    S’il faut participer à des débats pré-législatifs, à quoi servent les commissions parlementaires, le Conseil Economique et Social, les auditions des divers corps intermédiaires …
    S’il faut participer alors que nous sommes des naifs ou des candides, que le projet tiendra compte de l’impression du quidam, ne risquons-nous pas d’aboutir à une autre forme de démagogie ?
    Je ne suis pas fan des reportages TV pratiquant le micro-trottoir : le journaliste trouve ou tronque les commentaires du citoyen lambda, selon son angle de vue, ne nous leurrons pas.
    Rien n’empêche de suivre les débats sur LPC puis d’écrire à son député préféré, même par courriel … voire prendre rendez-vous à sa permanence.

    Eh, oui, je pratique …

    1. Certes; les députés ne sont pas isolés sur l’Olympe de la démocratie, et les citoyens les interpellent souvent. Nous vivons sous un régime de démocratie représentative mais le fait de consulter un peu plus les citoyens ou des groupes de citoyens, au niveau étatique, ne remet pas en cause la nature et l’efficacité du régime. Le temps de la consultation est l’occasion de lever certaines craintes exagérées, de récupérer quelques bonnes idées, des expertises, mais aussi d’éviter les décisions à la hussarde qui n’amusent que la galerie et sont le prélude à des manifestations de masse. Certes, ce n’est pas dans notre culture, et cela suppose un climat politique plus apaisé, mais j’ai l’impression que les élus sont eux mêmes de plus en plus demandeurs d’avis, de conseils, d’où l’emprise des bureaucrates et des experts. Au niveau local, cela doit être plus praticable et l’on peut tenter quelques expériences de démocratie directes, comme cela se fait ici ou là en Amérique Latine, ce qui serait bon pour vivifier la démocratie municipale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s