31 000

L’enquête Outward Fats évalue le nombre de filiales à l’étranger détenues par des groupes français internationalisé à 31 000, hors secteur bancaire. Depuis 2007, le nombre de filiales aurait progressé de + 24%. En 2010, ces filiales ont réalisé un chiffre d’affaires de 1078 milliards d’euros. Ce chiffre est à rapprocher des 495 milliards d’exportations effectuées par les unités productives qui résident en France.

L’enquête précise que le périmètre d’action des entreprises est très inégalement réparti:

L’importance du déploiement à l’international, mesurée par le nombre de pays où les groupes sont implantés, varie aussi selon la taille des groupes. Les plus grands, que l’on peut qualifier de multinationaux, sont présents sur tous les continents et dans de très nombreux pays. Plus de la moitié d’entre eux opère dans 32 pays ou plus et le quart dans plus de 54 pays. La moitié de ces multinationales détiennent plus de 110 filiales en dehors du territoire national et une dizaine en détiennent même plus de 430. Si ces groupes ont historiquement développé leur activité dans l’hexagone et que leur centre de décision y demeure, une part très importante de leur activité et de leurs actifs se situent désormais à l’étranger :  un quart d’entre eux, parmi lesquels certains grands groupes du CAC40, concentrent jusqu’à 80 % et plus de leurs ventes et de leurs effectifs à l’étranger. Pour les autres groupes, le déploiement à l’international est nettement plus limité. Les plus internationalisés des groupes de taille moyenne (ceux appartenant au dernier décile) sont implantés dans 21 pays ou plus, et dans 6 pays ou plus pour les plus petits groupes. En général, les petits groupes internationalisés ne sont présents que sur un ou deux marchés étrangers tout au plus.

La Chine lointaine représente la seconde destination en termes d’emplois, hors Union Européenne:

La Chine et le Brésil concentrent l’essentiel des implantations françaises localisées dans les BRIC. La Chine représente 16 % des emplois des groupes français hors UE, contre 14 % en 2009. Toutes zones confondues, avec un effectif estimé à 426 000, ce pays arrive en deuxième position après les États-Unis en termes d’emploi et dépasse même l’ensemble des PECO qui ne totalisent qu’environ 384 000 emplois. En lien avec le cadre règlementaire en vigueur dans ce pays, ce nombre est sans doute minoré, de nombreux groupes ne pouvant s’y implanter qu’au travers de participations minoritaires non recensées dans le cadre de l’enquête. Le poids relatif des filiales des groupes français au Brésil et en Inde s’est également accru. Le Brésil concentre désormais 11,6 % des emplois hors UE, contre 10 % en 2009 et 9 % du chiffre d’affaires consolidé contre 7 % en 2009.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s