11.09.73

Dans sa thèse de doctorat,  Emmanuel Garate Chateau analyse la « révolution économique néoconservatrice » chilienne (1973-2003). L’auteur définit la mandature du Président  Salvador Allende (1970-1973) non pas comme l’anti-chambre du socialisme, mais comme le crépuscule du modèle de développement étatiste et protectionniste qui vit le jour au Chili dans les années trente. Quant à la dictature du général Pinochet, elle ne fut pas uniquement la victoire des militaires et des classes soucieuses de leur compte épargne,  mais aussi celle d’économistes qui inspirèrent le projet de société de marché qui transforma en profondeur la société chilienne.   Prompts à sacrifier la démocratie sur l’autel de l’efficience productive et de la maximisation des utilités, ces économistes ont été  la cheville ouvrière de la révolution économique chilienne et de la mondialisation contemporaine. Terrifiante époque que celle là, où des économistes « libéraux », véritables théoriciens officiels du régime,  définirent  l’agenda des politiques économiques,  le cadre juridique et social des réformes et  justifièrent  l’absence d’expression  syndicale et politique comme condition du succès de leurs expérimentations.

Publicités

6 Comments

    1. Salut,
      Vous pouvez déjà voir ceci (vidéo reportage) : http://bougnoulosophe.blogspot.be/2012/09/lautre-11-septembre-et-lecole-francaise.html

      « L’autre 11 septembre » et « l’École française »

      C’est un bien curieux savoir-faire que la France a exporté dans les années 1960 et 1970 en Amérique du Sud : techniques d’interrogation des prisonniers, torture, quadrillage de la population. Ce que les officiers français avaient appris sur le terrain, pendant la guerre d’Algérie, ils l’ont transmis aux militaires argentins, brésiliens et chiliens chargés de la lutte contre la « subversion ». Le rôle des instructeurs nord-américains, en particulier ceux de l’Ecole des Amériques, installée dans la zone du canal de Panama, a souvent été raconté. Celui, peut-être aussi important, de leurs homologues français était resté dans l’ombre.

      « Nous avons tout appris des Français », explique le général Albano Harguindeguy, qui fut en Argentine le ministre de l’intérieur de la junte militaire dirigée par le général Videla. Le modèle sans cesse cité est celui de la bataille d’Alger (janvier-septembre 1957) menée par les parachutistes français contre le FLN. On retrouve à chaque pas le général Aussaresses, spécialiste des interrogatoires et des exécutions sommaires. Celui-ci a notamment été attaché militaire au Brésil, en 1973. Le général Manuel Contreras, qui fut le chef de la police secrète de Pinochet, révèle que de nombreux officiers chiliens, en stage au Brésil, ont reçu l’ »enseignement » d’Aussaresses. On sait que ce dernier avait érigé, quasiment en doctrine, l’idée qu’il fallait se débarrasser des prisonniers qui avaient été torturés. Il avait fait bénéficier de sa riche expérience dans ce domaine, dès 1961, à Fort Bragg, aux Etats-Unis, des officiers américains, qui s’en sont inspirés par la suite au Vietnam.

      Les militaires argentins qui ont systématiquement jeté à la mer les corps des personnes qu’ils avaient enlevées et torturées ont suivi les leçons de leurs instructeurs français, qui avaient fait de même dans la baie d’Alger. L’idée centrale transmise par ces professeurs d’un genre bien particulier est que la guerre contre la subversion ne peut être menée avec des méthodes « classiques ». Le plus extraordinaire, dans cette affaire, est que l’Etat français était parfaitement au courant du type d’enseignement dispensé par ces officiers ainsi envoyés en Amérique du Sud.

      Dominique Dhombres

      Source : http://bougnoulosophe.blogspot.be/2012/09/lautre-11-septembre-et-lecole-francaise.html

  1. Je suis en train de la lire. la thèse offre un portrait intellectuel du Chili.On y découvre l’historique du courant libéral conservateur au Chili ou encore (ce que j’ignorais) qu’une une bonne partie de la droite chilienne était acquise aux idées social démocrates lors de la victoire d’Allende, puis en furent détournées par la peur de la « révolution ». La thèse vaut surtout pour son exploration intellectuelle et sociologique de « la nouvelle droite » chilienne, qui prit le pouvoir après 1973. On y découvre également comment les économistes libéraux, formés à l’école de Chicago, ont supplanté ceux du courant développementaliste et acquis un tel pouvoir au Chili.

  2. Bonjour,
    J’ai publié un lien sur les liens de la France avec le 11 septembre 1973 mais vous avez censuré mon poste…
    Je ne comprends pas, pourriez-vous me donner une explication ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s