20,8 millions

En 2011, les dépenses mises en oeuvre par l‘Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) au titre de l’aide au retour des migrants s’élevaient à 20, 8 millions d’euros, dont 9,4 millions pour les frais de transport. Sur les 15 840 procédures de retour, 55% ont  concerné des citoyens Bulgares et Roumains, principalement des Roms qui séjournaient dans des campements illicites.

Les frais mentionnés ont été  largement autofinancés par l’OFII qui a collecté en 2011 141 millions d’euros sous forme de taxes, au titre de la naturalisation, des embauches ou du séjour des migrants. En effet, les pouvoirs publics ne contribuent qu’à 15% du financement de l’OFII. Le reste est apporté par les migrants et leurs employeurs.

Or les subventions publiques ont tendance à régresser et il est fort dommage que l’acharnement qui vise les Roms, que certains illuminés souhaitent accentuer, prive l’OFII de fonds qui pourraient être affectés à l’accueil et à  l’insertion de ces populations discriminées.

L’OFII mobilise des fonds importants (60 millions d’euros) pour  l’intégration des migrants, à travers les 105 109  contrats d’accueil et d’intégration qui prévoient des formations linguistiques, civiques et professionnelles.

Cette mission là est plus profitable à notre pays que les vains efforts d’éloigner des citoyens européens qui disposent du droit de revenir en France, et ne s’en privent pas.

Au caractère irrationnel des procédures d’expulsion des Roms  s’ajoute un absurde gaspillage économique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s