Comment peut-on être Rom?

Au cours de son histoire, l’Europe a excellé dans l’art de fabriquer des minorités transnationales privées méticuleusement de leurs droits.

En lisant les propos qu’un député de l’UMP vient de tenir sur les Roms, on se  dit que certains aimeraient bien que l’Histoire  repasse les plats:

« A droite, le député Philippe Meunier, secrétaire national UMP aux libertés publiques, a assuré samedi que le président François Hollande devait «exiger une renégociation des traités européens», pour«permettre l’expulsion de Roumains sans ressources». »Libération (11/08/2012).

Advertisements

7 réflexions au sujet de « Comment peut-on être Rom? »

  1. En fait, depuis maastricht, la liberté de circulation des travailleurs est déja, dans les faits, assorties de limites dans la retranscription en droit français. En clair, les ressortissants de l’UE disposent de 3 mois pour trouver un emploi. Passé ce délais, théoriquement, ils sont « expulsables »…théoriquement, car à partir du moment ou il il y a libre circulation, il n’y a pas de contrôles aux frontières et donc il est impossible de savoir quand quelqu’un rentre et sort.

    Donc, ce qu’avance Philippe Meunier, c’est soit de la pure démagogie en connaissance de cause, soit de l’ignorance complete. Le vrai problème, c’est que le droit français est dans une nébuleuse artistique par refus de tirer toutes les conséquences logiques de la libre circulation.

      1. A mon humble avis, je penche pour 95 % d’opportunisme, car je ne vois pas ce qui pourrait motiver une haine de gitans vu qu’il est peu probable qu’il ait eu avec eux d’autres contacts qu’a travers la vitre de son pare-brise (via son chauffeur ?).

        en l’occurrence, il fait d’une pierre deux coups, en réactivant les poncifs de « laxisme » de l’opposition face a « l’immigration », et en surfant sur la « défense des frontières » dans la lignée d’un anti-européisme supposé d’une partie de la population.

        Les gitans dans tous ça sont juste une belle opportunité de développer ces thèmes. Il devrait même leur en être reconnaissant, car sans eux (encore que numériquement insignifiants et inexistant comme problème societal) il seraient bien ennuyé pour se fabriquer une « identité »

      2. @ maître Sinh : 50/50 pour la haine et la démagogie opportuniste.
        Je n’ai pas vocation à diffamer la personne, je suis une observation : la construction identitaire par rejet de l’autre « différent », donc dangereux, relève du système de la clef de voute. Dans ce système il faut que les forces s’équilibrent pour que l’édifice reste stable. La haine se nourrit également très bien de l’absence de contact (même par vitre de voiture interposée). Il suffit de penser aux électeurs violemment « phobes » (catégorie au choix) envers des populations qui n’existent pas dans leur patelin.

  2. Il y a pire: c’est que le droit européen permet déjà, et depuis longtemps, l’expulsion de ressortissants communautaires pour cette raison là, c’est-à-dire l’absence de ressources et le fait pour quelqu’un de devenir une charge déraisonnable pour le système social du pays où il immigre. Meunier ne sait pas, ou bien feint de ne pas savoir, pour pouvoir mouliner…

    1. Ce n’est pas le droit européen qui prévoit cela, c’est la retranscription en droit français.

      Le droit européen exige la libre circulation et l’accès au travail (complété par Schengen), mais ne dit rien des modalités. Il existe des accord d’extraditions, mais ce sont des accords internationaux qui ne sont pas « communautaires » et qui concernent des délits de droit commun.

      Théoriquement, selon le droit français, il est parfaitement possible d’expulser qui que ce soit, pour un tas de motifs, et pour les européens qui n’ont pas de travail au bout de 3 mois.

      Mais dans la pratique, pour empêcher le retour de ces derniers, il faudrait effectivement remettre Schengen en question.

      Apres, il vous faut penser comme un politicien. Ce que Meunier veut faire, s’est se positionner comme « homme fort », en s’appuyant sur les roms pour activer un « récit archétypal » (l’europe passoire, les roms profiteurs, etc…). Mais objectivement, le problème est socialement inexistant, et outre les effets d’annonces et les projets de lois irréalistes qu’il déposera sachant qu’ils n’ont aucune chance d’être adopté (ce qui renforcera d’autant plus son image de « défenseur du bon sens contre les élites » et les « c’est la faute à l’europe »), il n’y aura rien derrière, car les moyens et l’énergie à dépenser n’en valent pas la peine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s