Le marronnier des 35 heures

Alors que le soleil darde ses rayons sur un pays au repos,  voici que le Figaro  ratiocine sur les 35 heures:

« (…) la France se retrouve aujourd’hui avec un chômage de masse et un coût du travail élevé (de 23 % supérieur à celui de l’Allemagne), en dépit des 22 milliards d’euros d’exonérations de charges sociales accordées chaque année aux entreprises pour «compenser» le passage de 39 heures à 35 heures sans perte de salaire. C’est le véritable boulet des 35 heures! Il représente, grosso modo, l’équivalent du budget annuel de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

On se plaint pour 22 milliards, mais ce sont les mêmes qui souhaitent alléger de 50 milliards les « charges sociales ».

Ce conservatisme éternel a quelque chose de rassurant mais il entre dans la phobie des RTT une curieuse manie de réifier les hommes et  d’humaniser les choses, au point que les travailleurs ne doivent faire rien d’autre que travailler, tandis que le fonctionnaire fonctionne  et que l’épargnant épargne.

A la fin des années soixante, un joli film d’Yves Robert vint à point nommé pour tourner en dérision cette absurde mécanique.

Le voici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s