L’Europe des mariages mixtes

Eurostat nous apprend que la Suisse, la Lettonie (LV) et le Luxembourg battent le record des mariages mixtes, c’est-à-dire des unions dont un partenaire au moins est né à l’étranger.

Tout en bas de la liste, nous trouvons la Grèce (EL), la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie et, en bonne dernière, la Roumanie.

La France, avec l’Allemagne, est le plus enclin des « grands pays » européens à l’union mixte (11,8% des mariages), loin devant l’Italie (5,1%), l’Espagne (5,4%) et plus fortement qu’au Royaume-Uni (8,8%).

De manière générale, les hommes natifs sont  plus nombreux que leurs homologues féminines à pratiquer  l’union mixte (5,5% d’un côté, 4,6% de l’autre). Réciproquement, les femmes immigrées participent plus souvent à des unions mixtes que les hommes.

Les taux d’unions mixtes sont beaucoup plus élevés parmi les immigrés, ce qui est normal, compte tenu de la taille limitée de ces populations dans le pays d’accueil.

Parmi les femmes, la proportion est considérable: sur la période 2008-2010, près de la moitié des femmes immigrées qui se sont mariées (46,9%) ont convolé avec un local, que ce dernier soit étranger ou non, descendant d’immigrés ou pas.

A l’intérieur de la population immigrée mariée, le taux d’unions mixtes atteint ou dépasse les 75% en Slovaquie, en Bulgarie et en Pologne, sans doute parce que les immigrés sont peu nombreux dans ces pays, ce qui multiplie la probabilité  de  trouver un(e) partenaire hors de son groupe d’origine.

La France  se distingue des autres pays (hors Lettonie)  par une propension plus forte à l’union mixte chez les femmes natives (7,3%) que chez les hommes (6,6%). Réciproquement, le partenaire immigré d’une union mixte  est plus souvent un homme qu’une femme.

Terminons par un cas exceptionnel: la Grèce.

Dans ce pays, les femmes sont la « chasse gardée » des natifs, puisque seules 0,8% d’entre elles sont unies avec un immigré, alors que les hommes nés en Grèce sont 3 fois plus nombreux à convoler avec une immigrée.

Est-ce en mémoire de la  Belle Hélène ?

Advertisements

2 réflexions au sujet de « L’Europe des mariages mixtes »

  1. Je découvre votre blog. Une remarque peut etre candide; mais si je comprends bien une personne née en France de nationalité francaise dont les parents sont nés au Magreb ou en Turquie par exemple et qui épouse son cousin resté  » au pays » a fait un mariage mixte?De meme si elle épouse un ressortissant vivant en France du pays de ses parents?
    Par ailleurs est il surprenant de constater un nombre important de mariage mixte en Suisse compte tenu du code de la nationalité en vigueur dans la confédération?

    1. En effet.
      Notez que dans l’acception juridique traditionnelle (critère de nationalité) il s’agit également d’un mariage mixte, puisque vous prenez l’exemple d’une française qui se marie à un étranger.
      Comme Eurostat définit un mariage mixte comme l’union entre deux personnes nées dans pays différents (dont la France), cela signifie également que l’union d’une français et d’un étranger, tous deux nés en France, n’est pas considéré comme un mariage mixte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s