La féminisation des parlements fait son chemin

A travers le monde, la période récente a été bénéfique aux femmes qui souhaitent mener une carrière politique nationale.

 Les graphiques ci-dessous (réalisés sur le site du PNUD) mettent en parallèle le taux d’activité des femmes (relativement à celui des hommes) et leur participation au monde politique (sur l’axe vertical, 1=parité), en 2000 et en 2009.  On constate un lien assez fort entre les deux variables: autonomie matérielle et accès aux carrières politiques nationales vont de concert.

 En 2000, seul un bouquet de pays nordiques (Suède, Danemark, Finlande, Norvège, Islande, Pays-Bas) comptaient plus d’un quart de femmes parlementaires.

En 2009, tous les continents sont représentés dans la partie haute du graphique: Afrique (Bostwana, Rwanda, Angola,  Afrique du Sud), Asie (Népal-en vert au dessus de l’Allemagne), Amérique Latine (Cuba, Costa Rica, Argentine), Europe du nord….et du sud (Espagne).

Cependant, le Monde est encore loin de la parité,  qui n’existe qu’au Rwanda.

Les progrès touchent aussi bien des pays à forte activité féminine (la Chine-large cercle jaune à proximité de la France- en est un bon exemple) que des pays à  taux d’activité féminin marginal (Iraq,  Pakistan, Afghanistan).

La France a réalisé quelques progrès (« parité » oblige), mais en 2009,  nous faisons à peine mieux que l’Indonésie ou le Soudan.

Signalons le surplace de l’Egypte et du Brésil.

Publicités

3 commentaires sur “La féminisation des parlements fait son chemin

  1. Sachant la période de guerre qu’a subi le Rwanda, la parité s’explique par l’absence des hommes (partis en guerre ou morts).
    Il faudrait comparer cette situation avec les années 1919 et suivantes pour l’Europe.
    Si le tracé est identique dans le monde du travail (pour le moins parce que pour le parlementarisme, les femmes ne votaient pas, donc n’étaient pas éligibles mais pouvaient être ministres … cherchez l’erreur !), c’est « lourd » comme solution et plein de sous-entendus idéologiques : les femmes ont une place qu’en l’absence des hommes !

    Un beau sujet pour le bac philo’, ça !

    1. Oui, pour le Rwanda c’est certainement la cause de ce bon score. N’en étant pas certain, je ne l’ai pas mentionné.
      J’ai l’impression qu’après 1918 les femmes (françaises) ont été invitées à retourner au foyer et que les lois anti contraception se sont renforcées, ce qui a contribué à repousser la mise en oeuvre du droit de vote

  2. Sans doute mais les veuves de guerre devaient subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs rejetons …
    Ces veuves l’étaient de soldats montés au front … gens de condition modeste, donc « chaire à canon » … malgré les gradés qui les menaient au combat.

    Les lois « anti-contraception » étaient là pour repeupler le territoire et préparer la guerre suivante …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s