Les liquidités sont dans la trappe

Lorsque le levier monétaire ne permet pas de relancer l’offre et la demande de crédits, on dit que l’économie est dans  la situation de « trappe à liquidités ». Dans ce cas de figure, les agents adoptent un comportement attentiste qui empêche l’argent de circuler: les banques retiennent leurs liquidités, tandis que les entreprises et les ménages se désendettent,  au lieu d’investir ou de consommer.

Un papier de la Banque Centrale d’Argentine nous procure d’intéressants graphiques qui permettent de vérifier les difficultés de la politique monétaire aux Etats-Unis, dans la zone euro et en Angleterre, depuis 2008.

Dans chacun des graphiques, la base monétaire désigne la monnaie produite par la Banque centrale (monnaie fiduciaire+réserves des banques).  La masse monétaire, moyens de paiements à disposition des agents non financiers, est désignée, selon les pays, par M2, M3 ou M4.

Commençons par les Etats-Unis. En dépit des injections massives de liquidités (spectaculaires en 2011, cf graphique ci-dessus), on constate que la FED n’a toujours pas réussi à ce que le montant des prêts à l’économie retrouve son niveau d’avant la crise.

Qu’en est-il en Angleterre?

Au pays du pudding, la multiplication par 2,6 de la base monétaire n’a pas empêché que les prêts aux ménages et aux entreprises ne chutent de 16%, par rapport au mois d’août 2008.

La zone euro a-t-elle fait mieux?

Le graphique montre que les efforts de la BCE ont été moins soutenus qu’aux Etats-Unis et en Angleterre, puisque  la base monétaire n’a jamais augmenté de plus de 50%.  La BCE a été bien moins réactive que ses consoeurs anglo-saxonnes.

Malgré tout, les crédits aux résidents n’ont pas diminué. Ils ont même redémarré, depuis un an. Bien sur, ces données sont globales et ne distinguent pas l’évolution monétaire selon les pays de la zone euro.

On ne peut pas dire que la BCE étouffe complètement l’économie, mais gageons que le retour à une inflation proche de 2%, taux maximum fixé par la BCE, motivera de sa part une prudence accrue, ce qui ne permettra pas de relancer l’économie européenne.

Advertisements

3 réflexions au sujet de « Les liquidités sont dans la trappe »

  1. j’ai entendu dire que les banques recommençaient a avoir des difficultés pour « trouver » des liquidités sur les marchés.
    Se pourrait-il que certaines soient obligées de vendre de leurs créances ou des biens pour faire rentrer des fonds ?

    1. La crise de liquidités peut avoir des retombées redoutables.
      Les banques peuvent réduire leurs crédits ou conserver un maximum de liquidités obtenues auprès de la BCE: http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20110819.OBS8808/vers-une-crise-de-liquidite-en-europe.html).
      En situation de crise plus grave, les banques ont tendance à se débarrasser des créances qu’elles détiennent (comme les titres de dettes souveraines des pays à risque, ce qu’elles ont fait abondamment). Vendre des actifs immobiliers, pourquoi pas. Mais si elles le font simultanément, la valeur des biens diminue…ce qui accroît leurs difficultés financières.

  2. A l´europe la crise es inminent si Grèce est hors de la communauté européenne. Je suis an entrepreneur d’ Amerique du Sud, et Je vous dis que ici, nous attendons tous de voir comment l’économie mondiale évolue. Nous espérons que tout va bien et non pas une crise.Un salut du Chili!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s