Le Chili, pilier du libre-échange

Le journal El Politico (25/04/2012) relate la division de l’Amérique Latine entre, d’un côté, l’Argentine et le Brésil, qui sont engagés dans un certain protectionnisme et de l’autre côté, les pays de la façade pacifique (Chili, Pérou, Colombie et Mexique), qui demeurent résolument fidèles au principe d’ouverture aux échanges internationaux.

Dans le cas du Chili, c’est une vieille histoire puisque la stratégie libre-échangiste s’est imposée après le coup d’Etat militaire de 1973.

 A ce propos, on pourra consulter  un  mémoire d’étudiant (en espagnol), qui relate l’histoire du protectionnisme chilien. En 3 ans (1973-1976),  les principales protections commerciales dont le pays s’était doté depuis plusieurs décennies ont été levées.

L’expérience néolibérale chilienne a précédé de quelques années celles des Etats-Unis (Reagan) et du Royaume-Uni (Thatcher). Dans un billet critique, où il croise le fer avec les Chicago Boys, Paul Krugman rappelle que le Chili a du attendre 15 ans avant de récolter les bénéfices économiques de l’ouverture commerciale.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s