Mondialisation et bonne conscience

« (…) comment va évoluer la mondialisation en cours? Ce qui va se passer dépend bien entendu de l’évolution des idées, qui, comme le dit la sagesse populaire, gouvernent le monde et qui, cette fois c’est Pareto, grand sociologue devant l’éternel, qui nous le dit, transitent par les « élites ».

Les élites du Sud ont répudié l’anticapitalisme qu’elles avaient paru adopter au moment de l’émancipation coloniale. Elles soutiennent, même si c’est de façon assez variable, la mondialisation en cours.

Les élites du Nord font partie du camp des « gagnants ». Elles n’en gardent pas moins bonne conscience; contrairement peut-être à ce qui s’est passé au XIXième siècle, quand la paupérisation ouvrière avait suscité une empathie limitée mais réelle dans plusieurs segments des élites intellectuelles.

Cette bonne conscience d’aujourd’hui s’alimente à trois convictions: premièrement, que l’accroissement des inégalités au Nord est plus que compensé par la réduction des inégalités au niveau mondial; deuxièmement, que les perdants au Nord sont peu nombreux, troisièmement qu’il n’y a pas d’alternative. » 

Roger Guesnerie, « Peut-on domestiquer la mondialisation?« , L’Economie Politique, janvier-février-mars 2012.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s