David Todd doute du protectionnisme

 

Voici un intéressant propos de l’historien David Todd (après le père, le fils) qui s’interroge sur la pertinence d’un protectionnisme national ou européen.

A cette occasion, l’auteur revient sur la « culture protectionniste » de notre pays, qu’il avait décrite dans l’ouvrage « L’identité économique de la France »:

« La culture du protectionnisme est en effet majoritaire en France. Elle n’est pas issue de la droite radicale : elle est née au centre droit de l’échiquier politique, sous l’impulsion d’Adolphe Thiers. C’était à l’époque de la Troisième République, une république conservatrice, une démocratie de producteurs. En cela la France s’oppose au Royaume-Uni, une démocratie de consommateurs, qui est libre-échangiste. »

Publicités

3 commentaires sur “David Todd doute du protectionnisme

  1. L’analyse de Todd me semble renvoyer à une logique de classe (le protectionnisme en France servait les intérêts de la bourgeoise industrielle du moins d’une grande partie d’entre elle. D’ailleurs les représentants de la classe ouvrière ont une attitude plus favorable – enfin selon les moments – au libre-échange qui fait baisser le prix des produits alimentaires). Disons qu’on peut le (le = le passage cité de Todd) comprendre comme ça !
    Il y a aussi une autre approche (que j’ai lue ds un article des années 1970 de l’américain D. Sherman et sans doute repris ailleurs), que je qualifierai de « réaliste » faute de mieux (ça renvoie aux théories réalistes des relations internationales) : suite à la révolution de 1830 les dirigeants politiques qui accèdent au pouvoir sont convaincus de la justesse des arguments libre-échangistes, notamment ceux de JB Say. Ils y voient un moyen de modernisation de l’économie française (au service de sa puissance au demeurant) face aux britanniques.Toutefois ils jugent inapplicables en l’état une libéralisation complète et rapide du commerce extérieur (du fait des caractéristiques structurelles de la société et de l’éco française) et sont alors amenés à composer avec les principes théoriques auxquels pourtant ils adhèrent. Cette attitude, peu ou prou, se perpétue au cours du 19e siècle. Dès lors, si l’on suit ce raisonnement, on pourrait dire qu’il n’y a pas vraiment une culture protectionniste française héritée de cette époque mais une pratique relevant d’une forme de réalisme.
    Une autre lecture (Michael Smith) évoque la nécessité d’un compromis entre protectionnistes et libre-échangistes afin de ne pas mettre en péril la 3e République ,naissante. Sans entrer ds les détails, disons que les premiers ont pu faire prendre en compte leurs vue – mais pas totalement càd sans un retour à la situation d’avant le traité de 1860 – à la fin du 19e (cf. Tarifs Méline) alors que les seconds ont réussi à endiguer les revendications des partisans du système protecteur au cours des années 1870 et 1880. Une telle lecture – marquée aussi me semble-t-il du sceau du réalisme – invite également à relativiser l’idée d’une culture protectionniste française en soi. Enfin, c’est moi qui interprète…

    Reste à voir si on peut appliquer tout ça à la situation présente !

    NB : On peut trouver un autre intéressant article de Todd – peut-être déjà signalé sur ce blog (je n’ai pas vérifié) – à http://www.laviedesidees.fr/Le-protectionnisme-un-liberalisme.html
    « Le protectionnisme, un libéralisme internationaliste. Naissance et diffusion, 1789-1914 », La Vie des idées, 20 octobre 2009.

    1. Merci pour ces idées.
      Je ne connaissais pas la thèse de Michael Smith mais l’idée est très pertinente. Le protectionnisme a permis d’arrimer la paysannerie à la République. N’oublions pas non plus, toujours dans cette idée du compromis, que les tarif méline ne concernaient pas les produits intermédiaires utilisés dans l’industrie (Voir JC Asselain)
      Aux Etats-Unis, avant la seconde guerre mondiale,on retrouve l’opposition des mouvements syndicaux ouvriers au protectionnsime.
      A lire D.Todd on apprend que THiers et List étaient amis. Je ne porte pas Thiers dans mon coeur (La Commune), mais la compréhension de ce personnage doit permettre de saisir le phénomène protectionniste en France
      DG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s