Nicolas Dupont Aignan, protectionniste BCBG

Nicolas Dupont Aignan (NDA), « élevé dans une famille de la classe moyenne profondément attachée à la France »,  préside le mouvement Debout la République (DLR)

Candidat derechef à l’élection présidentielle, son programme officiel n’est pas encore bouclé, mais la version réactualisée du programme antérieur ainsi que les nombreuses déclarations du candidat permettent de se faire une idée.

NDA est habité par la crainte de voir mourir notre pays.

Gaulliste romantique, il pense que la France se meurt de n’être point libre.

Et c’est pourquoi le voici brandissant l’étendard de la « libération nationale » contre les « mondialistes » et ces « féodalités nationales et internationales » qu’il accuse de « mépriser le drapeau » et la démocratie.

NDA, qui n’est ni de droite ni de gauche (dit-il), prétend avoir des « solutions simples, limpides, évidentes ».

Est-ce vraiment le cas?

NDA promet 200 000 emplois nouveaux par an, ce qui revient à multiplier par deux le rythme des créations actuelles et à nous rapprocher des performances allemandes. Pour y parvenir, NDA fait feu de tout bois: protectionnisme européen, politique industrielle, fiscalité incitative, politique monétaire indépendante, dévaluation.  Bref, tout y passe, jusqu’à la chasse aux gaspillages dans la fonction publique, ainsi qu’à l’assistanat.

Derrière les grands drapeaux tricolores, c’est à l’imitation du modèle allemand qu’il en appelle: faire payer les charges sociales par les étrangers (TVA dite sociale); imposer aux titulaires du RSA un jour de travail obligatoire pour la collectivité  (voir le résultat en Allemagne), rendre obligatoire le vote des salariés aux élections professionnelles pour imposer aux syndicats la logique du compromis, service minimum dans les services publics etc…

La concurrence étrangère sert d’alibi pour attribuer aux particuliers qui investissent dans les entreprises « qui produisent en France » un allègement de l’ISF.

En revanche, la politique commerciale made in NDA est en totale opposition  avec celle que pratique l’Allemagne.

Le voici qui préconise « un protectionnisme intelligent« , construit  autour de deux principes:

-des barrières « raisonnables », afin de compenser le dumping monétaire et environnemental des pays émergents, dont il rappelle, avec raison, qu’ils savent protéger leur marché intérieur.

NDA se défend d’empêcher le Sud de se développer:

Il ne s’agit pas d’empêcher les pays émergents de se développer. Tout au contraire, l’objectif est de passer du nivellement économique et social par le bas au rapprochement par le haut des conditions de vie sur la surface du globe. C’est l’intérêt des Chinois miséreux de Shanghai autant que des ouvriers français de Lorraine que de mettre en place un minimum de règles compensatoires pour éviter que les entreprises ne fassent commerce de la misère.

NDA sait-il qu’on observe une grève par jour dans la région de Shangaï? que le taux d’équipement des ménages urbains en réfrigérateurs et autres lave-vaisselle progresse au même rythme que celui des ménages français au cours des années 60?

NDA a-t-il calculé le coût inflationniste d’une relocalisation de l’économie?

Combien d’entreprises quitteront le territoire national?

Quelles contreparties propose-t-il à nos concurrents?

-des accords de libre-échange entre pays similaires, ce qui exclue les périphéries à bas salaires, comme par exemple les pays de l’ex Europe de l’Est.

Fort bien, mais à quoi bon mettre nos pas dans ceux de l’Allemagne,  en diminuant nos coûts de production, si c’est pour déclencher une guerre commerciale avec les pays émergents qui fournissent les marchés les plus prometteurs?

NDA va-t-il taxer les produits allemands qui incorporent des composants importés depuis la Roumanie ou la Chine?

  • Sortir de l’euro…tout en y restant?

Nicolas Dupont Aignan pourfend l’euro depuis longtemps.

Avec quelques économistes (Lafay, Sapir), il préconise non pas le retour au franc mais le remplacement de la monnaie unique par une  monnaie commune autour de laquelle les différentes monnaies nationales graviteraient (euro-franc, euro-mark…)

Il attend de ce « SME amélioré » 2 avantages: la dévaluation de notre monnaie, le maintien d’une coopération monétaire minimale permettant de faciliter les transactions inter-européennes et de concurrencer le dollar en tant que monnaie de réserve.

NDA appelle cela « l’euro taille variable ».

Cette idée est intéressante car on est fondé à critiquer les conséquences déflationnistes du régime actuel.

Or, NDA enterre un peu vite deux solutions plus ambitieuses:

-un budget européen (NDA supprime les élections européennes)

-une monnaie commune du type Bancor, identique à celle que proposa Keynes en 1944 et à laquelle se réfère l’économiste Jacques Sapir. Imaginé pour répondre aux besoins des économies et obliger un pays excédentaire à relancer son économie, le Bancor serait bien utile de nos jours (Alfredo Suarez, La monnaie internationale dans la pensée économique).

Au lieu de cela, L’euro que NDA appelle de ses voeux ne serait qu’une pure unité de compte et qu’un simple outil financier, qui sacrifierait beaucoup aux égoïsmes nationaux.

Et c’est avec cela qu’il souhaite riposter à la domination du dollar?

  •  Moins  d’immigrés…pour mieux les assimiler

Selon NDA, ce sont les « bobos sans frontiéristes » qui seraient responsables du mauvais climat qui existerait entre les immigrés et les français,  » peuple le plus ouvert, le plus tolérant, le plus gentil » du monde, selon lui.

En attendant, pas de pitié pour les immigrants.

Nous lisons dans le programme que les frais de santé des clandestins (auxquels on distribuerait des bons) devront être pris en charge par le pays d’origine (sous peine de voir diminuer l’aide au développement), que le nombre de migrants devra être réduit de 50% et qu’il ne faut pas donner de droits à régularisation en fonction de la durée de clandestinité.

Mr Aignan court tellement après la popularité facile qu’il s’est félicité que l’on chassât les Roms de France.

Pour conclure

Tiraillé entre la droite classique et l’extrême droite, le mouvement Debout la République est le symptôme du désarroi réel qui affecte une partie de l’opinion conservatrice.

NDA aime à qualifier ces adversaires de pétainistes, mais ces incantations à l’économie saine (forcément locale et productive) qu’il oppose à l’économie impure (forcément financière et mondiale) n’ont elles pas un air de déjà vu?

NDA donne l’étrange impression de ratisser large: un droit douane ici, une sécurité sociale professionnelle là, un impôt plus progressif ailleurs…

Deux tendances lourdes cependant:

-l’appel sempiternel au Peuple contre les élites mondialisées, qui procède d’une conception simplificatrice de la vie démocratique qu’a fort bien analysée Pierre Rosanvallon dans son étude récente sur le populisme.

-une incompréhension des dynamiques historiques, qui le pousse à qualifier les investissements financiers chinois « d’argent sale« …ce qui laisse sans voix.

Terminons sur une note très légèrement  positive.

Le programme économique de NDA comprend un timide volet sur l’économie sociale et participative.

On aurait aimé en lire plus.

Mais peut-on être protectionniste et imaginatif?

A la fin du XIXième siècle, la contestation de la mondialisation ne prit pas uniquement la forme du patriotisme économique. Quand les paysans ou les ouvriers en quête d’emplois ne migrèrent pas, ils mirent sur pied des coopératives et nombre de mutuelles sont nées à cette époque (Eric Hosbwam).

La France de l’époque avait choisi les tarifs Méline.

NDA en redemande.

Prochain billet: Au bon vieux temps de la Marine.

DG

Publicités

12 commentaires sur “Nicolas Dupont Aignan, protectionniste BCBG

  1. Cher DG,
    Je suis trés heureux d’apprendre qu’il existait un protectionnisme BCBG, moi qui croyait que ce n’était qu’un moyen de protéger nos industries et nos emplois. Dans un premier temps, je vous conseillerais de vérifier vos sources, notamment en ce qui concerne « le modèle allemand » puisque Nicolas Dupont-Aignan a bien prix en compte les différences entre nos 2 pays et ne prone pas un alignement sur l’Allemagne. Mais il semble que vous ne soyez pas à une caricature prés.
    Vous n’êtes pas sans savoir que la balance commerciale Allemande est excédentaire et que sa politique mercantiliste peut la mener à la ruine. L’Allemagne est le seul pays de la zone euro qui trouve un intérêt à un euro fort. L’industrie allemande est réputée pour sa qualité, je dirais presque : quel qu’en soit le prix ! elle n’a donc aucun intérêt à une fluctuation des monnaies qui verrait le cours de son euro-mark atteindre des taux qui finiraient par pénaliser ses exportations, alors qu’un euro-franc plus faible permettrait à notre industrie de retrouver une compétitivité certaine.
    Juste un rappel, en passant, il existe 10 pays européens qui ne sont pas dans la zone euro et dont la croissance est bien supérieure à ceux qui ont adopté la monnaie unique. Il faudrait peut-être essayer de comprendre pourquoi, peut-être y-a-t-il une relation de cause à effet?

    J’avoue ne pas bien comprendre votre critique lorsque sous prétexte de vouloir lutter avec les mêmes armes, nous souhaitons imposer des taxes aux produits des pays qui ne sont pas soumis à nos législations : comme celles sur le travail des enfants, les produits toxiques et polluants etc.. il faudrait peut-être que, pour être compétitifs, on abandonne ces dites lois? L’europe de Bruxelles trouve déjà que nos salaires trop élevés et le manque de flexibilité du travail amputent notre compétitivité.

    Il faut en effet se protéger du dumping social qui détruit à petit feu notre société, qu’il soit intra ou extra européen. la vision des Delors et consorts étaient de dire « ne vous inquiétez pas, l’intégration européenne se fera par le haut, le niveau social des nouveaux entrants montera rapidement » Delors lui-même reconnait qu’il s’est trompé comme Mélenchon d’ailleurs. force est de constater que le salaire moyen, dans les pays d’europe de l’est, n’a pas rattrapé le notre, et que cela a engendré des délocalisations massives. Pour avoir travaillé pour des « world compagnies » la pression exercée sur les salariés est énorme : « vous n’êtes pas satisfaits de vos conditions de travail, 10 personnes attendent votre poste, et un peu plus à l’est à 10 fois moins cher ».
    Alors comme tous ces européistes convaincus , vous nous proposez encore plus d’intégration européenne! un budget, un gouvernement etc… mais je vous le demande : dirigé par qui dans les 28 car nous sommes 28 depuis peu? pas par le parlement européen qui n’a aucun pouvoir, ni par les peuples qui malgré leur vote, se sont vus imposés différents traités. Ah oui, peut-être par une élite dont vous faites partie, puisque le peuple n’y comprend rien de toute façon! peut-être par le marché, qui semble décider de tout.
    En ce qui concerne la Chine, l’europe ouverte est son premier marché! non seulement elle, est déjà protectionniste (: la dernière en date concerne son industrie automobile), mais elle utilise sa monnaie comme une arme. Vous parlez des révoltes, les salaires ont augmenté jusqu’à quel niveau? notre SMIC? n’est-ce pas 130€ ? quel rattrapage !!!
    Aujourd’hui un pays sans foi ni lois, vient taper à la porte de l’europe moribonde, et lui propose son argent sale, mais pour quelles contreparties?

    Quant à l’immigration, encore une caricature, la France est et sera toujours un pays d’accueil, mais il faut contrôler les flux migratoires, non pas pour empêcher l’arabe, le noir, le jaune, le rouge, le bleu d’entrer en France. Mais quelles perspectives pouvons nous offrir ? le travail est un lien social, tout comme l’était le service national, or ni l’un ni l’autre n’existent plus aujourd’hui, leur seul espoir : la ghettoïsation, et le communautarisme. il faut vraiment être aveugle pour ne pas le reconnaître. Un grand nombre de pays organise leur immigration tels les USA ou le Canada, sont-ils des pays fascistes ?

    Il me semble que nous ne vivons pas du tout dans le même monde, tous les jours, je vois les capacités financières de mes clients diminuer, bien sur la société les fait consommer, des biens d’importation en priorité : ordinateur, écran plat, téléphone portable et j’en passe et des meilleures, tout ce qui est indispensable! nous devenons un pays de consommateurs mais sans capacité de production, c’est intenable à long terme.
    Les fameux pays émergents (qui ont émergés depuis longtemps d’ailleurs) ont bien compris et font preuve de protectionnisme, le Brésil et l’Argentine ont imposé à de grands groupes, l’obligation de produire sur place s’ils souhaitaient vendre leurs produits.

    Si seulement vous saviez ce qu’est ,ce qu’on appelle l’appareil productif, ce que vivent les ouvriers dans toutes les usines de France sous la menace des délocalisations.
    Mais je pense que vous faites plutôt partie de ces BCBG, pour qui travailler plus pour gagner plus ne pose pas de problèmes (de santé entre autre), et qui, à 50 ans, à certainement réussi sa vie avec une belle R. au poignet. Sinon, vous ne feriez pas preuve de tant de condescendance envers des hommes qui ,au moins, essaient de proposer une alternative à tout ce qui a échoué depuis plus de 30 ans.

    Dans votre critique, vous auriez pu évoquer la volonté de Nicolas Dupont-Aignan de revenir sur la loi de 1973, qui impose aux états d’emprunter sur les sacro-saints marchés. vous auriez également pu décrire comment les intérêts cumulés depuis ces années auraient pu largement rembourser la dette. Vous auriez pu également nous expliquer à partir des CDS pourquoi, nos gouvernants tenaient absolument à sauver cette europe.

    Mais je ne suis qu’un pauvre militant, réac, raciste, antisémite qui n’a absolument rien compris à l’économie de ce monde.

    Bruno Buisine

    1. Cher BB,

      -Le protectionnisme de NDA est une posture électorale, un numéro qu’il nous sert parce que, lui comme d’autres, n’ont aucun projet (en dehors de sa seule idée juste: renforcer le poids des syndicats).
      -L’Allemagne profite de la disparition du mark pour gagner des parts de marchés en zone euro en laissant aux autres pays le soin d’ajuster leurs comptes extérieurs, par l’austérité salariale et budgétaire. Dans ce contexte, le libre-échange rime avec pression sur nos salaires, mais il ne tient qu’aux pays européens de changer ce contexte.
      -Vous ne pouvez prétendre à la fois que l’est de l’europe ne rattrape pas le reste de l’europe (salaires, pib, protection sociale) et que cette zone connait une forte croissance parce qu’elle ne participe pas à l’euro.
      -Le budget européen dont je parle concerne, bien sur, la zone euro.
      -Les salaires de l’est de l’europe ne sont pas stagnants. Les chiffres montrent le contraire. Mais quand bien même les ouvriers polonais ou roumains sont de mieux en mieux payés, cela ne remet pas en cause l’avantage comparatif de ces pays lorsque le salaire de leurs compatriotes plus qualifiés augmente encore plus.
      -Les performances macro-économiques de la zone euro sont bien meilleures si l’on ne tient pas compte de l’Allemagne qui a sacrifié sa demande intérieure afin de rétablir son niveau de compétitivité antérieur à la réunification. En dehors de l’Allemagne, la demande a augmenté d’environ 25% en 10 ans, en moyenne.
      -Par je ne sais quel égarement de l’esprit, vous attribuez tout ce qui se passe en France ou ailleurs à la dimension internationale.
      -Il ne vous vient pas à l’esprit, par exemple, que l’essor de la Chine n’est pas seulement une histoire de travail des enfants, de produits toxiques ou d’argent sale. L’économie n’est pas un roman de gare. La Chine retrouve son rang, c’est tout.
      -Rassurez vous, les immigrés ne sont pas vraiment attirés par la France et son taux de chômage chronique.

      -Globalement, votre vision est catastrophiste et malthusienne. Pour s’en sortir il faudrait partager la pénurie de ressources (les emplois entre français, les débouchés entre français etc…).
      -Vous pensez sérieusement que le sort du pays tient dans une dévaluation de 20%?
      -J’ai écouté les discours de NDA, tout n’est que combat contre d’obscures « féodalités », « tricheurs », de l’intérieur ou de l’extérieur. C’est consternant.

      Peut-on vraiment militer pour cela? croire en cela?

  2. Et oui, on peut croire en cela, comme en 81, lorsque j’ai cru à l’avènement d’une république sociale et solidaire, lorsque j’ai cru que l’Homme serait au coeur d’un projet économique. Et puis la réalité nous a rattrapé, les puissances financières ont pris le contrôle du politique, ces politiques qui ont abandonné la souveraineté des peuples au « marché ». Qui peut croire que l’europe de Bruxelles nous protège? un seul exemple : Elle nous oblige à autoriser le maïs transgénique de Monsanto, dans quel intérêt?
    Je travaille pour une marque Allemande, et je connais bien leur fonctionnement, ils n’ont pas abandonné leur industrie sur l’autel du coût de fabrication, je suis allé à un salon professionnel en septembre dernier pour acheter du matériel, j’ai commencé par aller voir les marques françaises qu’il y a 20 ans proposaient un matériel de qualité que j’utilise encore d’ailleurs, imaginez-vous que plus aucune pièce n’est fabriquée en France, les usines françaises ne sont plus que des boites de mécano géant, la provenance est chinoise avec une piètre qualité si l’on regarde bien, certes à un coût moins élevé. Alors, j’ai acheté allemand, contraint et forcé, le fournisseur en question fabrique en Allemagne, et rachète d’ailleurs d’autres usines allemandes pour continuer son développement.
    Quant aux pays en dehors de la zone euro, mon regard se tourne surtout vers la suède, qui a refusé la monnaie unique et qui en fonction de la fluctuation de l’économie adapte sa monnaie. Je rappelle d’ailleurs que lors de leur référendum, le patron d’Eriksson avait promis une catastrophe nationale et qu’il licencierait 15000 personnes si la Suède ne passait pas à l’euro. or la suède à une croissance de 2.8% en pleine crise lorsque nous sommes en récession, et il ne me semble pas qu’Eriksson ait organisé des plans sociaux de grande ampleur.
    Quant à la concurrence intra-européenne, vous ne pouvez pas la nier, les constructeurs automobiles français délocalisent, non pas en chine, mais en europe, dans les pays à bas coûts salariaux.
    Par contre, je n’attribue pas les échecs français qu’à la concurrence internationale, mais nous parlions protectionnisme; je crois à une refonte complète de notre société, qui a perdu le lien inter-générationel qui l’unissait. Cela commence par l’école, dans laquelle, on a fait croire que l’on pouvait avoir 80% d’une classe d’âge bachelière, et que l’on envoyait la fleur au fusil au casse-pipe universitaire.
    Evidemment, je ne crois pas que seule une dévaluation pourrait relancer notre économie.
    Je crois à la reprise en main de notre économie par des patrons et des employés responsables qui ne sont pas dominés par les 15% de rendement demandés par des actionnaires peu scrupuleux.
    Le fédéralisme européen est une utopie: une zone, un gouvernement, un peuple… il n’y a pas de peuple européen hormis chez les bobos parisiens, nous n’avons, ne serait-ce qu’une langue commune! hors vous le savez dans les bases d’une zone monétaire, il y a au moins la mobilité du travailleur, comment pourrait-il être mobile dans une zone où il ne parle pas la langue et pour un salaire 5 à 10 fois inférieur à celui de son pays d’origine?
    Lorsque j’appelle des fournisseurs allemands il est extrêmement difficile de se comprendre, eux mêmes ne parlent pas anglais.

    Pour en revenir à la Chine, certes, il y a des signes de faiblesse, en particulier entre la population citadine et celle des campagnes, les révoltes grondent, mais je fais confiance au gouvernement chinois pour mater ces rébellions dans le sang. Aprés avoir inondé le monde des ses produits, elle a décidé de stimuler sa demande intérieure et ferme ses frontières! à, ceux qui rêvaient d’exporter en Chine, les voilà le bec d’en l’eau sauf à constituer des joints venture avec des compagnies chinoises : qui a dit : on s’est bien fait b….r?

    Quant à l’immigration, vous me prêtez des propos que je ne tiens pas : « français d’abord », comment pourrais-je les tenir alors q’une bonne partie de ma famille est d’origine étrangère. Mais, en ce qui me concerne, l’intégration se fait en grande partie par le travail. Pour pouvoir accueillir, il faut avoir des conditions d’accueil, les avons-nous aujourd’hui? je ne le pense pas. Quant à l’accueil des « cerveaux », je suis partagé entre la valeur ajoutée qu’ils apporteraient à notre pays, et le sentiment de piller le leur d’hommes et de femmes qui pourraient les aider à se développer.

    A vous lire, j’ai le sentiment, que : « c’est comme ça » qu’il faut accepter cette mondialisation meurtrière sans rien faire. Seulement, je ne suis pas encore résigné, je crois que l’Homme peut encore faire la différence. Le croyez-vous également?

  3. J’entends bien ce que vous dîtes. Une faille est en train de se creuser dans la société française entre les partisans de l’ouverture et ceux d’une fermeture plus ou moins prononcée. Cette rupture traverse aussi bien la gauche que la droite d’ailleurs.
    Autrefois, la société française se chamaillait sur deux fronts, urbains/paysans; ouvriers/bourgeois. C’était animé, violent, mais plus sain finalement.
    Désormais, nous avons une classe moyenne modeste en colère contre le reste de la société et du monde, animée d’une xénophobie de classe à l’encontre des élites (les fameux bobos) et des plus pauvres (les assistés etc..). Quand cette classe était confortée dans sa position elle vota socialiste.
    La paralysie des socialistes, les incantations de l’extrême gauche, les moulinets de l’extrême droite et l’effondrement intellectuel et moral de la droite sont le symptôme de ce vent mauvais qui parcourt le coeur de la société française.
    Je vois bien que vous souhaitez améliorer les choses et Il y a dans le programme de NDA des propositions intéressantes; mais l’axe de votre campagne est la fermeture au monde. De ce fait, vous retardez la résolution des problèmes et versez, comme Barrès en son temps, dans une opposition mortifère entre les nationaux et les internationalistes.
    Allons nous nous diviser entre bons et mauvais français?
    Au terme de ce processus, nous aurons des ministres du front national au pouvoir et l’ordre qui règnera aura un autre goût que « la tyrannie de l’argent roi ».
    Je pense que le protectionnisme sera le tombeau de ce pays et provoquera un départ massif des jeunes.
    Ce n’est même pas une option stratégique. La bêtise du gouvernement actuel, qui renvoie des étudiants étrangers très qualifiés, à la suite de l’angleterre, alors nous avions justement là l’opportunité de redorer notre attractivité le montre bien.
    Evitons les catastrophes inutiles.
    Alors que faire?
    Déjà, arrêter d’incarner les maux du temps dans des figures mythiques (les bobos, les agences de notation, les caïds, les chinois sans foi ni loi…), cesser d’en appeler au peuple contre je ne sais quel complot ou trahison.
    Il existe dans toutes les sociétés modernes des effets de systèmes qui séparent la population (en termes de revenus, d’opportunités sociales, d’habitat…) selon le degré de qualification (en gros, selon que l’on a plus ou moins de bac +2) et les aléas de l’existence (divorces, lieu de naissance, ethnie…).
    Les uns ont un éventail d’opportunités limités…et subissent tous les risques.
    Il faut énoncer et combattre tous ces mécanismes d’exploitation.
    La mondialisation n’arrange rien mais elle n’est qu’une effet secondaire. La flexibilité que l’on impose au sous traitant menacé de délocalisation est à l’oeuvre dans toute la société.
    Il faut donc ouvrir une nouvelle page de la protection sociale et du droit du travail.
    Mais comme la société est moins lisible qu’autrefois, que les gens sont isolés et qu’on a dézingué les bons réflexes « lutte de classe », on croit se repérer dans le brouillard en opposant ce qu’on peut à ce qu’on peut (les français contre les autres).
    Quant à l’europe, je préfère un euro mal utilisé que pas d’euro du tout. Au moins nous savons à partir de quoi travailler et les contradictions à surmonter. Il ne s’agit pas de créer une nation européenne mais de tenir compte des interdépendances, de coopérer. L’euro est une étape.
    Vous l’avez compris, je reste de gauche et à défaut de renverser la table j’aspire à contre-balancer les nuisances systémiques du système capitaliste. Le protectionnisme est un gadget qui se retournera contre les plus faibles. J’en veux pour preuve le pitoyable débat sur la tva sociale…qui aboutira à mettre à bas la solidarité inter-professionnelle pour quelques points de marges bénéficiaires supplémentaires.
    DG

  4. Bonjour,

    J’ai lu avec attention votre billet sur Nicolas Dupont-Aignan. Je n’ai pas le temps de réagir très longtemps, vu l’heure tardive, mais il me semble que vous avez une vision caricaturale de la pensée économique de Nicolas Dupont-Aignan.

    Tout d’abord, rappelons que la formulation du programme économique de Nicolas Dupont-Aignan n’est pas encore finalisée. Si effectivement NDA use parfois d’un vocabulaire un peu excessif, c’est souvent parce qu’il est dans la critique, le débat musclé. Attention donc à ne pas sortir ses propos de leur contexte.

    Par contre, je crois qu’il a tout à fait raison de dénoncer certaines pratiques, qui effectivement rappellent pour certaines la féodalité. Ceci étant dit, je suis moi-même souvent gêné par l’outrance verbale de NDA sur la finance, qui connaît bien sûr des dérives mais qu’il condamne probablement trop fortement.

    Il y a un point sur lequel je m’inscris en faux: NDA, tout comme Debout la République, n’a rien à voir avec l’extrême droite. Certains de ses propos sont populistes? Trouvez-moi un seul homme politique n’en ayant pas usé à un moment de sa carrière! Merci donc d’arrêter cet amalgame qui me touche, comme militant gaulliste, et me blesse profondément. Il est trop facile d’empêcher l’émergence de nouvelles idées en invoquant le danger extrêmiste pour éviter tout débat.

    Voilà, j’essaierai de réagir sur le fond des choses plus tard,

    Tythan, adhérent DLR

    1. Bonjour,

      Et bien nous en parlerons une prochaine fois, mais populisme ne rime pas forcément avec extrême droite. La variante bonapartiste existe, et bien d’autres.
      Notez bien que c’est NDA qui traite ses adversaires de pétainistes. Comme c’est excessif on en sourit.

      1. Merci pour votre réponse.

        Pourriez-vous supprimer mon adresse e-mail qui apparaît sur internet? Je reçois beaucoup de spams, et je comprends désormais pourquoi.

        Sur le populisme, vous avez raison bien sûr. Par contre, sur le qualificatif de « pétainiste » (que je trouve bien entendu très excessif et que je condamne), j’ai simplement voulu vous dire que Nicolas Dupont-Aignan subit lui-aussi des propos tout aussi excessifs. Cela ne l’excuse pas, mais cela explique son attitude.

        J’aimerais simplement rajouter, sans passer des heures comme buisine, qu’il est tout à fait faux de croire que les arguments « protectionnistes » mis en avant par NDA ne serait qu’une posture. C’est au contraire une vraie conviction, que NDA défend depuis très longtemps.

        Vous avez tort de croire que NDA n’a pas de programme, même si Debout la République étant un petit parti, nous n’avons pas les moyens de présenter des documents aussi « chiadés » que les partis plus installés (encore que ceux de DLR soutiennent plutôt la comparaison).

        Vous pensez que le protectionnisme serait le tombeau de notre pays? J’avoue avoir du mal à comprendre et je vous invite à adopter une attitude plus favorable au débat.

        S’agissant de Nicolas Dupont-Aignan, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que DLR ne propose pas un protectionnisme « forteresse », replié sur soi. Il ne s’agit pas de taxer à 1000% l’entrée de t-shirt qui ne sont plus et ne peuvent plus être produits en France à des prix compétitifs. Il s’agis simplement, en tout premier lieu de retrouver une monnaie adaptée à notre économie (l’euro étant notoirement surévalué), mais aussi de pratiquer un protectionnisme « raisonnable » comme le font tous les autres pays. Il n’y a qu’en France où une entreprise contrôlée par l’Etat commande des rames tgv à l’étranger alors que nous disposons d’un producteur national dont les produits sont reconnus et compétitifs alors que l’on attend toujours le premier tgv acheté par la deutsche bahn!

        J’ai déjà été trop long, je vous invite à reconsidérer votre attitude à l’égard de Nicolas Dupont-Aignan, qui bien sûr n’est pas parfait et se trompe parfois, mais n’est pas la caricature que vous décrivez (et sur ce point, j’attire votre attention sur le prisme déformant des médias, qui ne retiennent que les points critiques et les propos les plus outranciers.

        Bien cordialement,

      2. Je reproche plusieurs choses à NDA.

        Le côté crépusculaire, fin des temps, sur lequel surfe également Nicolas Sarkozy (« la France est en train de se vider de son sang…), mais aussi Mélenchon, à sa façon. Je me méfie terriblement de ce genre de tonalité, surtout lorsqu’elle s’accompagne d’une sorte de volonté de remettre de l’ordre de la société en ciblant des catégories « faciles »: les « élites apatrides » et les « assistés », les immigrés, dont NDA a une conception particulière.

        Il y a une intuition là dedans (la désindustrialisation de l’emploi, très rapide, brutale, la perte de savoir faire…) mais tout cela vire à l’aigre, se transforme en besoin d’incarner le « mal » sans chercher de vrais solutions. On nage dans l’atmosphère complotiste et vaguement xénophobe qui est le côté sombre de ce pays, sans compter le penchant des fameuses « classes moyennes » pour la haine de classe (et pas la lutte des classes), quitte à taper sur les exclus.

        NDA fait partie du problème, il n’a pas de solutions.

        Au contraire, le programme de NDA est très détaillé, mais il n’est pas bien écrit.

        Quand je parle de « tombeau de notre pays » (je cède aussi moi aussi à l’air du temps), cela renvoie à la fermeture du pays sur lui même. Notre pays n’est pas plus ouvert que les autres en termes de commerce ou d’immigration.

        Les taux d’émigration sont en hausse en France. Je n’imagine même pas ce qu’il en serait si la France donnait dans le cavalier seul protectionniste.

        Il est vrai que NDA ne prone pas l’autarcie, je le souligne d’ailleurs, puisque par ailleurs, il veut appliquer les recettes néolibérales à la mode pour regagner de la compétitivité. C’est la deuxième chose qui me gène: un habillage détonnant, iconoclaste..et une réalité plus banale, suiviste, à bien des égards.

        Ce qui est certain, en revanche, c’est que NDA semble sincère dans sa démarche. Il veut que le pays se reconstitue, se rassemble et reste fidèle à un certain idéal égalitaire et d’indépendance nationale. Je ne suis pas insensible à cela.

        Un tee shirt bon marché ne vaut certainement la peine de pousser des ouvriers non qualifiés vers le chômage. Les libéraux cyniques ont les protectionnistes paranoiaques qu’ils méritent.

        Aujourd’hui les gens ont envie d’entendre un discours protecteur qui donne des résultats rapides. Le protectionnisme est tout trouvé. Si j’avais l’assurance que la victoire des protectionnistes serait, dans la logique du pieds qui coince la porte, le premier pas vers une réhabilitation de la redistribution sociale, je ne refuserais pas de faire un peu de chemin à avec eux (Todd, Sapir)….mais j’ai un doute et, comment dire, j’applique, en quelque sorte et spontanément, le « principe de précaution ».

        Ceci dit, si j’avais la réponse je ne tiendrais pas un blog, je militerais. Or j’ai déjà donné.
        DG

  5. N’en déplaise aux tenants de la pensée unique européo-mondialiste (qui a largement prouvé ses échecs), le seul programme alternatif valable émanant d’un candidat à la future élection présidentielle, est celui de N. Dupont-Aignan. L’argumentation traitant un contradicteur de « passéiste » ne vole pas bien haut et déjà en son temps, le Général de Gaulle fut « victime » de cela. En outre, heureusement qu’en son temps Jules Méline protégea notre agriculture.

      1. Wouaaah, quel humour ! Vous avez pensé à une reconversion, vous qui êtes contre la spécialisation (professionnelle pas économique)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s