Ode à la mondialisation, par Emmanuel Todd

« Notre monde est bien sûr en crise, ridicule et inquiétant par bien des aspects. Mais comment refuser de voir les dimensions positives de la transformation actuelle?

L’histoire est contradictoire par nature. Dans les sociétés développées, l’éducation patine, sans régresser, sauf peut-être un temps aux Etats-Unis.

Mais simultanément une mutation technologique rend les communications plus rapides et la vie objectivement plus intéressante.

C’est un monde nouveau qui se constitue.

C’est pourquoi les jeunes en cours d’appauvrissement ne peuvent se contenter d’être bêtement désespérés. Ils ont du mal à se loger et à trouver du travail pour un salaire correct, mais internet, les billets d’avion à bas prix et le téléphone portable définissent quand même un univers élargi par rapport à celui de leurs aînés.

C’est parce que cette contradiction existe qu’il est indispensable de distinguer entre globalisation et mondialisation.

La « globalisation », c’est le mécanisme économique et financier aveugle dont nous ressentons désormais les effets négatifs.

La « mondialisation », c’est quelque chose de beaucoup plus vaste et diffus, une ouverture mentale des cultures de la planète les unes aux autres, et ce concept devrait garder une connotation positive.

Ni la pensée unique ni le national républicanisme ne font clairement cette distinction« .

Emmanuel Todd, Après la démocratie (2008)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s