Quand les riches prêtent aux autres pour qu’ils continuent à consommer

Non, je n’ai pas rêvé.

Ce sont bien deux économistes du FMI (Michal Kumhof et Romain Rancière) qui appellent à « renforcer directement le pouvoir des travailleurs » et à relever la fiscalité progressive sur le revenu afin de réduire l’endettement intérieur et extérieur des pays riches, qui est à la source des déséquilibres financiers actuels.

On trouve ici un résumé de leur papier et là un podcast en français, intitulé Qui dit inégalité, dit endettement.

Résumons leur thèse: lorsque les 5% les plus riches récupèrent une part croissante du revenu global, le reste de la population s’endette afin de maintenir son niveau de consommation. Il apparaît alors une demande supplémentaire de crédit qui rencontre un écho auprès des classes aisées  qui prêtent volontiers aux plus modestes, via le système financier.

Les pouvoir publics, qui cherchent à soulager l’endettement des strates modestes, aggravent le mal en allégeant le coût du crédit (libéralisation des entrées de capitaux, déreglementation du secteur bancaire, cautions publiques données aux crédits à risque)… ce qui relance l’endettement des ménages et pousse les  riches à prêter encore plus, au risque de délaisser des placements productifs qui relanceraient l’emploi et le niveau de vie général.

Tout ceci correspond assez bien au scénario de la crise des subprimes aux Etats-Unis.

DG

Advertisements

8 réflexions au sujet de « Quand les riches prêtent aux autres pour qu’ils continuent à consommer »

  1. Les Toambapiks et le capitalisme financier, vous dis-je !

    Une connaissance m’a dit qu’un syndicat faisait passer un tract expliquant que les mesures prises étaient celles datant de 1929, que cela avait été préjudiciable à la « classe ouvrière » et que tout s’était achevé par la guerre.

    1. …et Paul Krugman de souhaiter, en plaisantant, que les martiens nous attaquent pour qu’une bonne relance budgétaire (de défense) s’impose et nous sorte de la crise. Enfin, si on gagne la guerre….

  2. Le problèmes des riches c’est qu’ils ont des problèmes de riches : ils doivent faire fructifier leur capital au risque de perdre de l’argent. En l’absence de croissance le prêt est devenu le moyen de soutenir l’économie et, sauf exceptions notables comme l’Allemagne et d’autres dans les économies développées, le seul moyen. Les excès de prêts et de consommation des uns n’étant que les excès de production des autres, l’Allemagne est dans une position aussi, sinon plus, fragile.

    « Nos excédents sont leurs déficits » Helmut Schmidt

    « Nos dettes, votre problème » Un américain, un peu cynique

    « Nous les payons pour qu’ils nous achètent » De Gaulle, sur les Américains

    _______
    Anecdote :
    Un banquier disait qu’au sujet de la crise des subprimes le problème se posait ainsi :
    – Le métier de banquier était avant ennuyant, il consistait à être une banque de détail qui prélevait le pécule des épargnants et l’investissait dans l’économie qu’on appelle désormais « réelle » et notamment des prêts immobiliers à des personnes qui pouvaient les rembourser.
    – Puis des gens plus intelligents sont arrivés et ont constatés que l’on pouvait prêter à une population encore plus nombreuse : celle qui ne pouvait pas rembourser.

    _______
    Je sais qu’Attali n’est pas forcément une référence forcément appréciée mais je trove qu’il a souvent raison, en particulier dans ce billet : http://www.attali.com/actualite/blog/sociologie/la-democratie-et-le-reel

    « Parce que les matières premières et l’énergie sont rares ; que le temps qui nous est imparti sur cette Terre l’est plus encore. Et que la liberté nous permet seulement de gérer au mieux notre vie, à l’intérieur de la prison du temps où nous emprisonne la condition humaine.

    Pour gérer le plus intelligemment possible cette rareté, nous avons depuis des millénaires choisi d’utiliser la monnaie, parce qu’elle permet d’éviter la violence du pillage et les dangers du troc.

    Quand le marché oublie cette contrainte de la rareté, il pousse, par mille moyens, les consommateurs à s’endetter. Et quand la démocratie l’oublie, l’Etat bascule lui-aussi dans l’endettement. Et, quand elles oublient les limites de leurs missions, les banques commerciales organisent l’illusion de la disparition de la rareté et les banques centrales leur en fournissent les moyens. Trop de crédit. Trop d’émission monétaire. »

    _______
    Parce que la dette est à nos pieds, nous ne voyons pas le mur suivant arriver : celui du prix des matières premières qui sont fortement liées à la crise actuelle. Les famines provoquées dans les pays arabes ont été la conséquence de la hausse du prix du pain dont les constituants essentiels ont vu leurs prix flamber car vus comme une valeur refuge, une « commodité » comme une autre.

    Ce double mur est expliqué dans le livre de Philippe Dessertine, « La décompression ».

    1. Oui, je ne déprécie pas Jacques Attali mais tout de même, qui est ce « marché » qui pousse à s’endetter et à l’épuisement des ressources naturelles? quel est ce système qui, par nature, cherche à accumuler constamment du rendement? Cela porte un nom plus précis: le capitalisme. Qu’on lui oppose le marché et la démocratie est fort bien, mais que Jacques Attali désigne clairement son adversaire. S’il ne le fait pas, il tombe dans le travers classique qui consiste à opposer la « bonne économie » (production , rareté) à la mauvaise (financière), plutôt que de cerner une logique d’ensemble et au risque de justifier les plans d’austérité généralisés.
      Lire Attali me rend toujours un peu marxiste, pas vous?

      1. De la bouche d’Attali lui-même pour comprendre l’économie il y a Marx et pour les hommes il y a Shakespeare (pour la synthèse il y a sans doute Attali lui-même).

        Marx semble de plus en plus avoir raison sur les sources de la crise, qui n’est qu’une critique du capitalisme. Après le retour de Keynes, pourquoi pas ? e précise, je ne suis pas économiste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s