L’arlésienne des 35 heures

Comme il faut bien alimenter la campagne électorale avec quelque chose, la majorité actuelle  relance la bonne vieille querelle des 35 heures.

C’est une idée fixe: travailler plus serait non seulement moral mais rendrait nos entreprises plus compétitives.

Comme toute pensée magique, cette thèse n’est confirmée par aucun fait tangible.

Voici l’évolution des exportations en volume (hors inflation) de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de la Grèce et de l’Espagne depuis 1999.

Il est vrai qu’entre 2000 et 2004 les exportations françaises ont stagné.

Mais le phénomène concerne également les pays d’Europe du sud.

On serait bien en peine d’en attribuer l’origine aux horaires travaillés puisque l’Allemagne, qui caracole en tête des exportations, est le pays où l’on travaille le moins.

Ajoutons que les 35 heures n’ont pas porté atteinte aux profits des entreprises françaises (graphique ci-dessous)

Pour expliquer la « contre-performance » de la France à l’exportation, il vaut mieux s’intéresser au manque de qualité de la production (basse-moyenne gamme) et tenir compte du dynamisme de la demande intérieure.

Quant à la paresse présumée des Français, il s’agit d’une idée reçue selon The Economist, qui préfère souligner le mauvais dialogue social qui règne dans nos entreprises:

In fact studies suggest that the problem with French employees is less that they are work-shy, than that they are poorly managed. According to a report on national competitiveness by the World Economic Forum, the French rank and file has a much stronger work ethic than American, British or Dutch employees. They find great satisfaction in their work, but register profound discontent with the way their firms are run. Two-fifths of employees, according to a 2010 study by BVA, a polling firm, actively dislike their firm’s top managers. France ranks last out of ten countries for workers’ opinion of company management, according to a report from 2007. Whereas two-thirds of American, British and German employees say they have friendly relations with their line manager, fewer than a third of French workers say the same. Many employees, in short, agree with Ms Maier, who recommends that chief executives be guillotined to the tune of “La Carmagnole”, a revolutionary song.

Il n’était pas raisonnable de miser sur la diminution du temps du travail  pour  régler la question du chômage.

Mais ce n’est pas une raison pour y voir la cause de tous nos maux.

DG

Publicités

Un commentaire sur “L’arlésienne des 35 heures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s