Panorama de la courbe de Kuznets

Depuis quelques années, les inégalités monétaires redeviennent une préoccupation majeure de la communauté scientifique.

Le dernier numéro de la revue du FMI est consacré aux effets déstabilisateurs des inégalités.

C’est dire.

Ce regain d’intérêt n’est pas spontané.

Il procède d’un constat et d’une surprise:

  • Partout dans le monde, on observe que les 1% les plus riches se taillent une part croissante dans le revenu global.
  • Le nivellement des écarts revenus, qui avait débuté au début du XXième siècle (courbe de Kuznets), s’est interrompu.

Il est vrai  que les inégalités repartent à la hausse, mais les pays d’Europe continentale en sont relativement préservés:

  • Dans les pays anglo-saxons, le taux des d’inégalités a tendance à retrouver le niveau qui était le sien au cours des années 20, comme par une sorte d’effet de mémoire.
  • Rien de tel en Europe et au Japon, où le retour aux années 20 est contre-carré, en partie,  par l’Etat Providence.

Un fait surprenant: spontanément, la société semble offrir un revenu relatif minimum aux plus aisés.

En effet, que l’amplitude des évolution soit forte (Royaume-Uni, Pays-Bas) ou faible (Australie, Suisse), le centième le plus aisé ne perçoit jamais moins de 10 à 5 fois le revenu moyen.

C’est la situation qui prévaut en Europe.

Voilà de quoi mécontenter les plus riches. Mais qu’ils se rassurent.

Compte tenu du ralentissement de la croissance, le commun aura besoin de plus d’une vie d’homme pour les rattraper.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s