Chine, puissance économique dominante en 2030?

La Chine raflerait aux Etats-Unis le statut d’économie dominante en 2030.

C’est la prédiction  d’Arvind Subramanian, qui s’appuie sur un indicateur de pouvoir économique qui combine les parts de chaque pays dans le PIB mondial, le commerce et les investissements internationaux.

En 2030, la Chine aurait un poids économique identique à celui de l’Angleterre en 1870, ou celui des Etats-Unis en 1973.

3 forces propulsent l’Empire du milieu: la démographie, le rattrapage et la gravité.

La gravité signifie la capacité d’une grande économie à aimanter les échanges commerciaux:

That projection relies on the “gravity” model of trade, which assumes that commerce between countries depends on their economic weight and the distance between them. China’s trade will outpace America’s both because its own economy will expand faster and also because its neighbours will grow faster than those in America’s backyard.

Depuis l’année dernière, d’après l’indicateur indiqué,  Chine a plus de poids  que la France, l’Allemagne et le Japon.

Bien sur, cette puissance reste un peu nominale, tant que la productivité et le niveau de vie moyen restent inférieurs aux standards internationaux.

Mais au rythme de croissance de 5,5% par an, pendant deux décennies, le PIB par habitant devrait rattraper celui des européens.

DG

Publicités

7 commentaires sur “Chine, puissance économique dominante en 2030?

  1. justement, en 2030, les 3 « puissances » de tete sont des empires (ou fédération).

    C’est sur ce qui on ne prenait que le yunnan, l’indrah Pradesh ou la Californie…à contrario, si on faisait rentrer l’UE ( qui a de plus des chances de se réveiller d’ici 20 ans en termes politiques, au moins tout autant que l’inde et la chine en ont d’éclater)….

  2. vous prêchez a un converti, hélas.
    Dans ce cas, elle serait ou l’UE en 2030 sur ce tableau ? en 3eme ou en 2eme place ?
    Et si la chine ( qui va devoir faire face a des problemes démographiques, energétiques, politiques) rejoint le sort de l’URSS en 2030 ?

    Ne riez pas, les 3 « nations » de 1870 etaient aussi des empires, qui n’existent plus.

  3. J’essaierai de vous répondre sur le premier point.
    Vous avez raison de mettre nation entre guillemets, car, après tout, la France n’était-elle pas un Etat-Empire jusqu’il y a peu, avant de devenir réellement un Etat-Nation?

  4. Si j’en crois votre E. Todd préféré (passage au JT de France2 à 13 h le 16/09/11), de par sa démographie, la Chine ne pourra pas prétendre longtemps « dominer » le monde.
    Autre message « merveilleux » du « sus-nommé », un pays qui relègue les femmes au fin fond de la hiérarchie sociale est condamné.
    Concernant la Chine, je ne maîtrise pas le sujet, par contre pour les « bonnes femmes », comment une société peut-elle croire être pérenne/fonctionnante si la « moitié » de sa population n’est pas prise en compte ?
    … Désolée, c’est mon coté « suffragette » qui revient !

  5. J’ai lu votre petit commentaire sur le papier d’Arvind Subramanian, et je le trouve à la fois mal informé et pas très « honnête » (je ne met pas en cause votre honnêteté personnelle mais sans doute un bien inconscient caractéristique des gens qui n’ont qu’une vue superficielle de la Chine): vous pourriez quand même indiquer à vos lecteur que la thèse de Subramanian est très critiquée, notamment par les tenants du »Piège des revenus médians » où risque de se trouver bloquée la Chine, justement du fait de sa démographie catastrophique, d’un manque de mains d’oeuvre adaptées au type de production vers laquelle la Chine envisage de se tourner, d’une macro économie inadaptée. Par exemple l’appareil financier est clairement le lieu d’immenses luttes politiques et , malgré sont apparente modernité, ne corresponds pas le moins du monde à un système allouant des ressources suivant les intérêts des investisseurs privés.
    Par ailleurs, il est quand même bien connue que l’ensemble de l’appareil statistique chinois est sujet à caution. Le cas le plus extrême étant le trucage des statistiques démographiques chinoises découvert par les démographes américains peu après la relance des relations Sino-Américaine par Nixon et Deng Xiao Peng, qui servit à cacher l’étendue de la famine du Grand Bond en Avant…

    Pour rétablir un peu d’équilibre dans l’opinion de vos lecteurs, je les encourage à lire les ouvrages suivant:
    Stumbling Giant – The Threats to China’s Future de Timothy Beardson chez Yale University: c’est un essai bien informé par un investisseur Américain pratiquant la Chine depuis une vingtaine d’années. C’est une bonne synthèse, ne s’embarrassant pas d’un cadre trop formel des arguments des tenants de la thèse du « Middle income trap » .
    Michael Pettis par ailleurs a écrit deux remarquables petits ouvrages, plus profond tout en se gardant de verser vers une trop grande formalisation sur le même sujet. Il s’agit de:
    The Great Rebalancing – Trade, Conflict, and the Perilous Road Ahead for the World Economy chez Princeton University Press et de Avoiding the Fall: China’s Economic Restructuring chez Carnegie Endowment for International Peace

    Je recommande d’ailleurs la lecture régulière de son blog: http://blog.mpettis.com/

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s