Crise de la dette à Legoland

Qui va payer le sauvetage des dettes souveraines européennes?

JP Morgan propose une représentation en Lego de l’embroglio actuel.

Les petits personnages renvoient à des pays ou à des institutions.

Les clichés sont bêtes à souhait, mais pas trop méchants.

Chaque flèche indique à qui chacun souhaite adresser la facture des plans de sauvetage.

A l’arrivée, les contribuables paieront, que ce soit sous la forme de plans de rigueur ou d’une mutualisation des dettes souveraines (eurobonds).

Dans toute cette affaire, le point épineux reste le traitement des investisseurs.

Le projet de recapitalisation des banques, porté par le FMI, n’a pas été rejeté parce qu’il faisait la part belles aux banques françaises, mais surtout parce qu’il comportait, pour les actionnaires, le risque d’une dilution du capital et d’une rémunération individuelle moins importante.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s