L’Allemagne ou la croissance par l’importation

L’économie allemande a réussi à mettre à profit la force des pays émergents.

En effet, sans l’importation, le modèle exportateur allemand ne fonctionnerait pas.

Aujourd’hui,  les investissements (hors construction) et les exportations ont un contenu en importations de plus de 40%  (FMI).

Le plus souvent, il s’agit d’intrants réimportés par des filiales délocalisées à l’est de l’europe.

Ce commerce vertical permet aux firmes allemandes de maîtriser le coût de leurs équipements productifs et d’améliorer leurs marges à prix constant.

Il est intéressant de constater à quel point le modèle de croissance par l’importation est dual.

Les autres postes de dépenses (consommation publique et privée, construction) en sont très largement préservés.

Par exemple, seulement 20% de la consommation privée de biens et services sont importés.

Le dualisme de l’économie allemande pourrait très bien conforter la logique mondialisatrice.

En effet,  il n’est pas utile de mettre les salariés au pain et à l’eau pour freiner les importations et obtenir à tout prix un excédent commercial lorsque ces derniers consomment local à 80%.

Cela ne signifie pas que les salaires allemands explosent, bien au contraire. Mais il n’est pas nécessaire de les baisser brutalement.

De plus, les hauts salaires allemands, relativement au reste du monde, sont justifiés par les économies que l’on réalise en important du capital productif.

Ce modèle est subtil, mais est-il durable?

Tant que les pays émergents ne concurrencent pas l’Allemagne sur ses biens d’équipements et que les salariés tolèrent l’insécurité inévitable d’un modèle voué à l’exportation, tout va bien.

Combien de temps cela durera-t-il?

DG
Publicités

2 commentaires

  1. Reste à savoir où va l’exportation, parce que si l’ensemble de l’Europe est le client de l’Allemagne, avec les mesures drastiques qui nous mènent « gentiment » vers la récession, c’est la fin de leur réussite.
    Cependant, si la population allemande s’achemine vers le 3ème âge, qui seront les actifs qui achèteront en Allemagne ?
    C’est à croire qu’il y aura une implosion du système, non ?
    Toutes choses égales par ailleurs, l’Allemagne devrait méditer sur la rébellion que connu Spartes avec les Hilotes …
    (pour les détails historiques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hilotes ….surtout avec la section « démographie » …)

  2. Aujourd’hui la part des ventes allemandes en dehors de l’Europe augmente, mais à long terme ce pays ne peut faire l’impasse sur les débouchés européens. En 2011, selon le FMI (report july 2011) la France devrait perdre 0,5 point de croissance en raison des plans d’austérité. Il y a en effet une absurdité à scier la branche sur laquelle on est assis.
    Quant au lien entre vieillissement et épargne, pour le moment il est positif, mais viendra un moment ou les classes d’âge qui épargnent le plus, entre 40 et 65 ans, vont commencer à décliner.
    Vous y allez fort avec les hilotes, mais je demande dans quelle mesure les autorités allemandes préparent leur déclin démographique, en dehors de l’accumulation d’excédents commerciaux historiques, un peu à l’image de la Chine
    DG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s