La Grèce qui avance

Avant la crise financière, l’économie grecque  marquait des points en termes de croissance, de productivité et d’exportations.

Le FMI avait placé ce pays en tête des sudistes de la zone euro (Italie, France, l’Espagne, Grèce et Portugal).

Une croissance annuelle moyenne par habitant deux  fois supérieure à celle de la zone euro. Des gains de productivité globale records. Qui dit mieux?

Entre 1996 et 2006, la Grèce a été l’un des rares pays industrialisés à gagner des parts de marchés internationales, grâce à sa stratégie de spécialisation dans les services et la réorientation de son commerce vers le sud-est de l’Europe et l’Orient.

Même si ce pays est encore en retrait au plan technologique, il s’agit d’une performance remarquable car, à partir de 1992, les subventions publiques versées aux exportations de biens industriels (habillement et textile notamment) ont été supprimées.

Comme l’écrit Erik Jones, sur le site Euro-Intelligence, la Grèce a un problème de discipline budgétaire, mais pas de compétitivité.

DG

Publicités

2 Comments

  1. Bonjour,

    Peut-on se fier à cette analyse quand on connaît la fiabilité ou plutôt la non-fiabilité des statistiques économiques grecques ?

    Cordialement,

    EC

  2. Bonjour,

    En ce qui concerne les statistiques de finances publiques, il y a eu falsification, c’est indéniable.

    Pour le reste, je n’ai pas eu vent du même phénomène concernant l’activité économique générale (PIB, exportations etc…).

    Cordialement
    DG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s