Rexecode repart en guerre contre les 35 heures

Les Boréades (Jouissons de nos beaux ans). J. P. Rameau (1756)

Les romans de Wilkie Collins sont remplis de personnages secondaires très amusants  qui vont répétant sans cesse les mêmes choses.

Ainsi fait Michel Didier, Président de l‘Institut COE-REXECODE,  qui ne rate jamais l’occasion de dire tout le mal qu’il pense des 35 heures.

La dernière fois, c’était en avril, sur les ondes d’une radio qui se dit  La radio de l’éco.

Pour couper court aux revendications plébéiennes en matière de pouvoir d’achat, exigences que le Président Didier dit ne pas très bien comprendre, ce dernier proclame: le pouvoir d’achat, c’est le PIB.

A-t-il prévenu l’INSEE de cette nouvelle définition?

Selon le Président Didier, les 35 heures expliquent la divergence économique entre la France et l’Allemagne.

Or justement, c’est depuis la fin des années 90 que  le taux de croissance de notre pays  est supérieur à celui de l’Allemagne.

Pourquoi le Président Didier ne s’en réjouit-il pas?

Plutôt que de supprimer les 35 heures, notre homme souhaite que la réforme vienne d’en bas et que l’on flexibilise les salaires et le temps de travail dans  chaque entreprise.

Comme il lui faut un slogan, différent de Travailler Plus,  Président Didier se place sous l’étendard du  Travailler ensemble.

C’est beau, mais moins que l’air de Rameau.

DG

Publicités

1 Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s