Ouverture commerciale et chômage

Un papier de Gabriel Felbermayr, Julien Prat et Hans-Jorg Schmerer (2009) conclue à l’existence d’une relation négative entre chômage et ouverture commerciale (exportations+importations/PIB) dans les pays de l’OCDE.

L’exposition à la concurrence internationale dynamiserait l’emploi par le truchement d’une amélioration de la  productivité des facteurs.

C’est plausible, mais le graphique ci-dessus, fourni par les auteurs, laisse un peu perplexe.

Certes, taux d’ouverture et de chômage (ce sont des moyennes pour la période 1990-2006) se disposent dans le sens prévu. Mais la majorité des pays se situent à la verticale d’un taux d’ouverture de l’ordre de 20%, tandis que deux pays (Hong Kong et Singapour) se détachent pour faire pencher la balance dans le sens des auteurs.

D’autres interprétations sont possibles:

  • L’indépendance des deux variables: il est vrai que les pays où l’emploi est le plus dégradé sont plutôt fermés, mais un large éventail de taux d’ouverture est associé au plein emploi.
  • Une interaction complexe: l’impact du commerce pourrait dépendre du niveau de chômage initial. Quand ce dernier est inférieur à 10%, l’ouverture commerciale paraît corrélée avec de meilleures performances en termes d’emplois, inversement, en dessous 10%, ouverture et chômage évoluent dans le même sens. Les échanges pourraient être la meilleure comme la pire des choses, aggravant la situation en période de chômage massif et l’améliorant dans un contexte d’emploi plus dynamique.

La France se situe au croisement de toutes ces hypothèses, ce qui est parfait pour les débats.

DG

Publicités

Un commentaire sur “Ouverture commerciale et chômage

  1. En voyant ce graphique me revient mes cours de finance: corrélation ne veux pas dire lien. Ceci étant on peut établir une tendance. Il est clair que si vous prenez le cas extrême de la Corée du nord, alors la on va dire vous voyez ce que ça donne de ne pas ouvrir ses frontières. Mon opinion est la suivante, l’ouverture économique est bénéfique, mais ce bénéfice ne se décrète pas, il faut prendre les mesures suffisantes pour en tirer le maximum de profit. Il ne suffit pas d’ouvrir les frontières pour qu’un pays devienne un paradis. Et c’est bien çà le problème en France, on a accepté le libre échange sans véritablement avoir préparé ce passage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s