Exporter à partir de pays à hauts salaires: le cas allemand

Voici deux intéressants éclairages sur le dynamisme commercial allemand.

Les économistes de Natixis (avril 2010) nous invitent à ne pas prendre l’Allemagne pour un pays à bas salaires.

Ils mettent en avant le rôle des infrastructures portuaires et montrent que depuis 2000, les deux tiers des parts de marchés conquises à l’intérieur du marché européen reflètent une hausse du commerce de réexportation.

Ce succès est à mettre au crédit des ports de Hambourg et de Bremerhaven, vers lesquels affluent de plus en plus de biens européens en transit.

Un camouflet pour la stratégie allemande de compression salariale, concluent les auteurs.

Hans Brodersen (2008) apporte un bémol.

Certes,  l’Allemagne est un pays à hauts salaires, obligé de se spécialiser dans les activités riches en capital et qui résistent le mieux à la concurrence extérieure.

Cependant, il note que cette stratégie est cohérente avec les délocalisations et la modération salariale, qui donnent aux entreprises allemandes le moyen de compenser l’appréciation de l’euro.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s