L’évolution des réseaux commerciaux depuis 1950

Structure communautaire des réseaux commerciaux en 1950

« Evolution of community structure in the world trade web » est l’intitulé d’un article assez génial, rédigé par trois chercheurs de Dartmouth (Etats-Unis).

Les auteurs nous proposent de revisiter le concept de mondialisation grâce aux instruments de la théorie des réseaux.

Ils dévoilent la structure affinitaire des échanges en regroupant les pays qui entretiennent des liens commerciaux mutuels particulièrement intenses.

C’est le noyau dur des échanges qu’ils font ressortir à partir des données commerciales de 178 pays.

Vers un monde de « petits mondes »

On ne visualise pas sans plaisir ce monde de plus en plus décentralisé et hétérogène.

Au départ, étaient deux grandes puissances: l’Angleterre et les Etats-Unis.

En 1950, ces deux « empires » ont une influence planétaire: les Etats-Unis aimantent aussi bien le Chili que la Turquie, la Grèce ou le Japon tandis que le Royaume-Uni est le chemin le plus court pour atteindre le Pakistan et l’Afrique du Sud. A l’écart de ces deux pôles imposants on aperçoit la France et ses deux « satellites » nord africain (l’Algérie et le Maroc).

A mesure qu’avance l’histoire c’est la décentralisation, et la complexité, qui s’imposent.

C’est tout d’abord l’intégration européenne qui entraîne la constitution d’un noeud important autour de la RFA (en 1970 les « îles franco-allemandes » sont connectées face à l’ensemble anglo-saxon).

Puis la régionalisation de l’Asie s’affirme (on constate l’intensité des liens commerciaux entre le Japon, la Chine, l’Inde et l’Asie du sud-est en 1980).

Par rapport à celle de 1950 la carte de 2005 semble le résultat d’un « Big Bang »: une quarantaine de constellations structurent désormais le commerce international.

Ce processus s’est accélèré en fin de période. Comparativement à 1999 la « galaxie  russe » a pris de l’importance ainsi que celle dont l’Afrique du Sud est le pôle. Les Etats Unis se connectent plus intensément avec la Chine mais aussi des pays africains (Tchad, Lesotho).

De nouvelles associations gagnent en intensité  (Sénégal/Mali, Ghana/Nigeria, Pakistan/Afghanistan,Mexique/Guatemala/Salvador,Bolivie/Brésil, Chine/Bénin/Congo). Tchèques et Slovaques se retrouvent.

Structure communautaire des réseaux commerciaux en 2005

La France se décentre tardivement de son ancien empire colonial

Notre pays se singularise par la persistance de ses liens avec l’Afrique. Certes, après s’être étoffés jusqu’à la fin des années soixante-dix ces liens déclinent un peu par la suite (voir l’Algérie) mais tout de même la France campe jusqu’à très récemment sa posture d’ancienne puissance impériale.

Il faut attendre 2005 pour que la France se partage avec l’Afrique et la « constellation » européenne dont  l’Allemagne est le pivot

Les auteurs ont un avis nuancé sur la réalité de la mondialisation des échanges commerciaux. Certes de plus en plus de pays participent au commerce mondial mais les échanges de proximité sont les plus prospères. Cette force de la géographie leur donne à penser que le monde des années cinquante était plus ouvert que le notre, même si, il faut le souligner, les échanges s’émancipent de plus en plus du passé colonial.

D. G

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s