30% de la population française ont un lien avec la migration

Les premiers résultats de l’enquête Trajectoires et Origines  (Ined, octobre 2010) montrent que l’expérience directe ou indirecte de la migration n’est pas spécifique aux immigrés et à leurs descendants.

L’étude porte sur 26,6 millions de personnes  résidentes en France métropolitaine et âgées de 18 à 50 ans.

7,9 millions de personnes ont au moins un parent né en dehors de la métropole ou sont elles mêmes dans cette situation.

Les trois-quarts de ces personnes sont immigrées (2,7 millions) ou ont au moins un parent immigré (3 millions),

Le dernier quart se répartit ainsi:

-644 000 personnes nées françaises hors de la métropole, dont 408 000 sont nées à l’étranger.

-849 000 descendants de rapatriés (au moins un parent né français dans un ancien territoire colonial).

-695 000 descendants d’autres Français nés hors métropole (dont 220 000 dans un département d’outre-mer).

Comme l’enquête ne concerne pas les plus de 50 ans, elle ne permet pas de comptabiliser les rapatriés, qui sont pour la plupart venus (et donc nés) avant 1962.

DG

Publicités

9 commentaires sur “30% de la population française ont un lien avec la migration

  1. D’après le rapport du HCI sorti récemment, les origines d’un quart des français seraient étrangères en remontant à la troisième ou quatrième génération.

  2. Très bien merci de la précision, je ne suis pas spécialiste et j’avais ce chiffre en tête sans en connaître les méthodes de calcul.

    La France est bien un creuset, désormais on a des statistiques pour le prouver.

  3. C’est vrai, notamment ceux nés en Afrique du Nord.

    Est-ce qu’il existe des statistiques comparables dans d’autres pays ? D’après Emmanuel Todd (de l’INED il me semble) la situation française est assez unique. Sans cocoricoter.

  4. Il écrivait notamment les Français ont la spécificité d’être un des peuples les plus exogames (j’ai le chiffre de 25% de mariages hors groupe d’origine, pour le dire rapidement). Il le répète assez souvent en interview, l’évoque dans son dernier livre au traver d’un résumé de ses travaux en démographie des peuples (le « fameux » substrat anthropologique) et doit en parler plus longuement dans ses précédents livres, comme Le Destin des Emigrés.

    Pour les autres pays, j’ai été surpris en entendant que de nombreux immigrés vivent en Suède. En Allemagne de nombreux Turcs y habitent mais gardent la nationalité d’origine (Berlin est de facto la deuxième ville turque après Istanbul) mais se mêlent très peu à la population allemande par le mariage, le droit du sang étant la seule possibilité de devenir Allemands.

    Bref, des territoires encore à explorer.

  5. Merci pour cette très intéressante source statistique.
    Notez qu’aux Etats-Unis, la proportion d’immigrés (et de leurs descendants) n’atteint par encore celle de la période 1890-1930, soit 33%.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s