Le dollar plie, mais ne rompt pas

Paul Krugman relativise les craintes que nourrissent certains américains vis-à-vis de la baisse du dollar:

  • La dépréciation actuelle a ramené la valeur du dollar à son niveau de 2007.
  • 24 ans de dépréciation n’ont fait qu’annuler l’appréciation des années 1979-1985.
  • La baisse du dollar a ses bons côtés: entre 1982 et 2007, le taux de chômage a été divisé par trois.
Ajoutons que la dépréciation du taux de change réel depuis 1985 signifie que l’économie américaine n’a pas été submergée par des importations à bas prix. En effet, dans le graphique ci-dessus,  P.K n’utilise pas le taux de conversion du dollar en devises étrangères (taux de change nominal) mais le taux de conversion des biens américains en biens étrangers (taux de change réel): plus ce taux est bas, plus le prix des produits américains est compétitif.
DG
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s