Délocalisations à la française: trop peu, trop fort?

Carlos Goshn visite un site de production en Roumanie

En 2008, le Conseil d’Analyse Economique  soulignait le mauvais rapport coût/avantage des délocalisations françaises dans l’automobile.

D’après ce rapport, les constructeurs allemands ont accru leurs performances en prenant soin de ne délocaliser qu’une partie de leur production et en réimportant les composants fabriqués dans les pays à bas salaires pour les assembler sur leur territoire national.

Cette formule a été le carburant du boom des exportations allemandes.

En France,  nos constructeurs  ont choisi une formule bien plus radicale, brutale socialement et, à ce jour,  sans effet  sur leurs parts de marché :


DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s