Le paradoxe de la compétitivité

Eric Chaney constate que  les parts de marché des exportations espagnoles et italiennes n’ont pas décliné,  alors  que leur compétitivité-prix n’a cessé de se  dégrader depuis dix ans.

Dans son article, l’auteur rappelle que des exportations plus chères ne sont pas moins compétitives, lorsque la production monte en gamme.

Filippo Di Mauro et Benjamin Mandel vont dans le même sens.

Leur étude indique que les pays les plus compétitifs sont aussi les plus chers.

Ces économistes viennent de redécouvrir le paradoxe de Kaldor, ou paradoxe des coûts, formulé en 1978.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s