Les délocalisations créent-elles des profits?

Les délocalisations sont-elles indispensables pour résister à la compétition internationale et sauver les profits?

Il faut se méfier des évidences.

Un chercheur japonais s’est penché sur la profitabilité des iPhone qu’Apple  réimporte aux Etats-Unis depuis de la Chine.

Il a calculé que les frais d’assemblage chinois représentent moins de 4% du prix final et que la marge d’Apple resterait très confortable si les iPhone étaient produits aux Etats-Unis.

D’après Yuqing Xing, une appréciation de 20% de la monnaie chinoise n’accroîtrait les coûts de fabrication que de 0,73%.

Les profits d’Apple viennent essentiellement de sa capacité à échapper à la concurrence et à exercer un pouvoir sur son prix de vente. La marge représentait 64% du prix d’un iPhone en 2009.

Ainsi donc, la  délocalisation d’Apple génère un profit extra, un supplément dont la survie de l’entreprise ne dépend pas, du moins en première analyse.

En lisant cette étude, je pensais aux travaux microéconomiques des post keynésiens (Chamberlin, Robinson), dans lesquels la faiblesse des salaires (par rapport à la productivité) découle du pouvoir de monopole des entreprises.

Et si certaines délocalisations étaient un luxe pour entreprises monopolistiques?

DG

Publicités

2 commentaires

  1. Décidément votre blog est très intéressant. En effet on essaie de nous faire croire que notre déficit commerciale provient essentiellement du dumping social des pays émergents. Mais quand on y regarde de plus près, tout notre matériel High-Tech qu’on achète. Jamais on ne la produit en France et donc rien n’a été délocalisé. On oublie de dire que notre déficit commercial ne provient pas simplement de T-shirt produits à bas coût en Chine.

  2. Merci et sachez que le blog s’améliore grâce aux commentaires comme les votres

    En effet, le déficit commercial vis-à-vis des pays dit émergents est partiellement fictif, puisqu’il est constitué, très souvent, de flux internes aux multinationales occidentales. De plus, l’iPhone importé aux Etats-Unis contient beaucoup de composants japonais et européens.

    Exact, aucune usine américaine n’est prête à prendre le relais sur place des salariés chinois. On peut se demander si le protectionnisme a un sens, dans ce contexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s