Vers une diminution des flux migratoires Nord-Sud

Après avoir contesté la qualité des migrants (qualifications, pratiques culturelles), voici que le Gouvernement, par la voix du Ministre de l’Intérieur, veut réduire le nombre d’ immigrés légaux.

Nous voici revenus aux riches heures du milieu des années soixante-dix (quoique monsieur Guéant fasse peu disco).

J’ai cherché dans les statistiques un écho à la rumeur persistante d’une invasion migratoire imminente.

Une étude de l’ONU (2009) a attiré mon attention.

Tout d’abord un bilan: les pays riches accueillent deux fois plus de migrants qu’il y a trente ans et ces derniers proviennent de moins en moins des pays les plus pauvres. En ce qui concerne l’Europe, les flux annuels moyens ont été multipliés par trois. Aujourd’hui, l’Europe accueille la moitié des migrants en provenance du Sud, contre un tiers en 1980.

Au delà de 2010, on devrait assister à une inflexion des flux migratoires vers l’Europe (-30%).

L’explication est d’abord de nature démographique avec une spectaculaire convergence des taux de fécondité d’ici 2050.

L’ONU raisonne à politique migratoire donnée.

L’ironie de l’histoire, c’est que la France, pays plutôt à l’écart des grands flux migratoires contemporains, essaie d’organiser un mouvement qui la dépasse.

Mais il s’agit peut-être d’une farce.

DG

 

Publicités

4 commentaires sur “Vers une diminution des flux migratoires Nord-Sud

  1. Hum. Ici encore, incorrigible je suis, je trouve à y redire.

    1. Sur l’articulation logique: comment titrer sur la baisse des flux migratoires, et plus bas reporter l’explosion migratoire qui touche l’Europe, qui s’est pourtant dotée d’arsenaux juridiques contraignants?

    2. Sur deux affirmations: « La France plutôt à l’écart des flux contemporains ». Vrai, sur le plan qualitatif, faux sur le quantitatif. Vrai, la France a des flux migratoires assez faiblement liés à ceux des autres pays riches, ne serait-ce que nos voisins. Immigration ancienne, provenant de pays ayant avec Paris une histoire particulière. (On pense toujours aux anciennes colonies, mais il y a aussi l’immigration japonaise, curieux phénomène, tout de même!) Faux sur le plan quantitatif: si le solde migratoire n’est pas si élevé, il n’en consiste pas moins en des flux entrants et sortants d’un demi-million de personnes! (Sources citées dans le dernier opus de Tribalat). Et si des pays limitrophes ont connu un emballement migratoire récent (Italie, Espagne, en moindre mesure le Royaume-Uni de Blair), c’est qu’ils ont brusquement offert une foule d’emploi sous-qualifiés à pourvoir, phénomène accentué par le basculement démographique de ces mêmes pays (stratégie de renvoi des naissances pour s’enrichir plus vite). En France, le flux est plus stable et de plus longue durée (contrairement à la vulgate de « l’immigration incontrôlée », notre pays est celui qui en Europe a le plus fait (c’est dire!) pour planifier ses flux.

    3. Les flux Nord-Sud changent, grâce à l’émergence de plusieurs « Suds ». Mais, et la lecture de votre deuxième graphique le suggère, nous vivons aujourd’hui et pour les 20 prochaines années la phase d’expansion maximale de la population jeune active des pays en développement. Ce qui se traduit et par une forte croissance économique de ces pays (diminution progressive du ratio inactifs/actifs), et par l’incapacité de ces mêmes pays à fournir des emplois stables à cette population jeune, nombreuse, en bonne santé et souvent éduquée.
    Comme les bébés n’émigrent pas en couffin-boat, avec votre deuxième graphique l’analyse que vous en faites est juste, mais avec un décalage d’une vingtaine d’années.

    Autant dire que les fièvres identitaires vont continuer encore pendant quelques décennies, en espérant sans trop de dégâts.

    Très bon blog, par ailleurs, découvert grâce à Twitter.
    Bonne journée.

    1. Je suis d’accord, les flux migratoires resteront dynamiques pour plusieurs années.

      Prenons les chiffres du nombre d’immigrés en France.

      Si j’en crois une étude de l’INED (Gilles Pinson), les immigrés représentent 10,5% de la population française.

      Comme les immigrés pèsent 3% de la population mondiale, on peut dire qu’ils sont 3, 5 fois plus présents en France qu’ailleurs.

      Est ce beaucoup?

      Pas forcément, car l’attractivité relative de la France vis à vis des migrations correspond à sa richesse relative.

      En effet, avec 1% de la population mondiale, la France réalise 3,5% du PIB mondial.

      D.G

  2. Une deuxième intervention, parce que je vous aime bien (châtie bien):

    pour l’objet de votre article, convoquer la fertilité, soit, mais il eut été plus logique de donner le taux de natalité annuel, qui détermine l’amplitude des classes d’âge. le taux de fertilité annuel ne donne pas d’indication sur le nombre absolu de naissances, mais uniquement sur celui des femmes fertiles, dont le nombre varie grandement d’année en année (ex. dans les pays asiatiques avec les décalages dus à l’horoscope).

    et si vous vouliez illustrer la transition démographique, l’indice de descendance finale (nombre d’enfants par femme au terme de ses années fertiles) est aussi plus adéquat.

    Amicalement, Louis-Alexandre.

  3. Bonjour L-A,

    Tout d’abord, merci pour vos remarques constructives et vos encouragements.

    Je répondrai à vos deux derniers points après un petit laps de temps, disons ce soir ou demain, histoire que j’aille à la mine, du côté de Tribalat, entre autres choses.

    Sur le premier point, on ne peut rien vous cacher.

    C’est certain, il fallait trouver une articulation, d’une part, entre le constat d’une poussée très importante des migrations vers l’Europe et l’Amérique du Nord, et d’autre part, le coup de frein et même la baisse anticipés de ces flux.

    Disons que je voulais contester la tendance, classique, à l’extrapolation, très à la mode ces temps-ci (je pense au bouquin de Jean Raspail).

    « Vers une diminution », ai-je écrit, prudemment, tout en ayant conscience qu’un mouvement de fond qui arrive à un plateau et s’infléchit, ce n’est tout de même pas un mince évènement.

    Un titre alternatif, un peu ronflant, me vient à l’esprit: Les flux migratoires ne grimpent pas jusqu’au ciel.

    D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s