Le rôle des flux internationaux de capitaux dans la crise financière

Un papier signé par le  Président de la FED (Ben Bernanke) montre de quelle façon l’afflux de capitaux internationaux a mis du carburant dans le moteur de la crise financière.

Au départ, des pays émergents ainsi que des banques européennes avaient le désir de remplir leur cabas de titres américains sans risque.

Le tableau ci-dessus montre, qu’entre 2003 et 2007, ils n’y allèrent pas de main morte.

Les émergents ont acheté la quasi totalité des titres américains les mieux notés (obligations publiques et titres émis par les organismes semi-publics de refinancement hypothécaire).

Dans le même temps, les européens ont acquis un bon tiers des titres financiers qui étaient adossés sur des crédits immobiliers (ABS, MBS) et qui bénéficiaient du label triple A.

Tous ces achats ont provoqué la raréfaction des titres américains de bonne qualité.  Par conséquent, il devenait intéressant de bricoler de nouveaux titres en y mêlant des actifs risqués, suffisamment dilués pour que l’ensemble inspire confiance.

Ce  genre d’alchimie financière est à l’origine des produits structurés, innovation géniale qui a eu les résultats que l’on sait.

Sans nier les causes américaines de la crise,  cette étude en approfondit les rouages internationaux et met en évidence un fait intéressant: alors que les pays asiatiques ont acquis les titres américains à partir de leur propre épargne, les européens, plus joueurs,  ont procédé à ces achats en s’endettant.

DG

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s