Chantage aux droits antidumping

Le Wall Street Journal rend public d’étranges transactions entre certaines firmes américaines et chinoises.

On apprend que des exportateurs chinois achètent les bonnes grâces de leurs rivaux américains pour qu’ils ne les inscrivent pas sur la liste des entreprises suspectes de dumping. En effet, une fois qu’un exportateur se voit infligé un droit antidumping, l’administration américaine peut lancer une nouvelle enquête sur la base d’une simple accusation formulée par une firme locale.

A l’arbitraire d’une menace répond la tentative de corruption.

Voici ce que Joseph Stiglitz écrivait à ce sujet, dans son ouvrage Pour un commerce mondial plus juste (2005):

(…) dans un monde où il faut souvent recourir à des solutions de second choix, une certaine dose de protectionnisme peut être efficace.(…)Mais ce qui n’est pas justifiable (…), ce sont les obstacles non tarifaires des pays développés, tels les droits antidumping, qui imposent aux producteurs des pays en développement un traitement défavorable par rapport aux producteurs nationaux-en définissant, par exemple, le comportement prédateur par des critères beaucoup plus durs quand il s’agit des producteurs étrangers que pour leurs propres entreprises. (Chapitre 5 Principes fondamentaux: les bases d’un accord équitable).

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s