La durée du travail ne cesse de diminuer dans le monde industrialisé

Les comparaisons internationales en matière de durée du travail  permettent d’opposer deux grosses catégories de pays: les « cigales » (comme la France) et les « fourmis » (comme les Etats-Unis).

La mode qui consiste à figer chaque nation dans son rapport au travail vient de toucher Paul Krugman qui, dans un post récent,  célèbre le modèle français par un « vive la différence!« .

Il suffit d’analyser les statistiques en tendance plutôt qu’en niveau pour sortir un peu de ces sentiers battus.

En effet, les chiffres du Bureau of Labour Statistics montrent que depuis 15 ans,  le temps moyen consacré au travail diminue dans la plupart des pays industrialisés.

Le phénomène touche les Etats-Unis autant que la France.

Si l’on se concentre sur la période 2000-2009, on constate une décélération du mouvement de réduction du temps de travail en France (-0,2 % en moyenne annuelle), alors qu’il s’accélère aux Etats-Unis (-0,8%).

Est-ce la vigueur de la productivité du travail outre atlantique qui autorise un tel arbitrage: 2,1% de progression annuelle depuis 2000, contre 0,8% en France?

Avec un profil de productivité identique au notre, l’Allemagne connait une diminution  de la durée moyenne du travail  trois  fois plus rapide qu’en France. Cela aide-t-il l’économie allemande à récupérer les emplois perdus au cours de la crise?

Finalement, les 35 heures n’ont pas contribué à démarquer la France de ses principaux partenaires.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s