Le graphique du jour

Paru en 2007 dans le Wall Street Journal, ce graphique retrace l’évolution de la concentration des revenus au Mexique et en Chine entre 1977 et 2004.

La Chine est désormais plus inégalitaire que le Mexique, alors que  la situation mexicaine n’avait pas cessé de se dégrader depuis le milieu des années quatre-vingts.

Contrairement au Japon ou à la Corée du Sud, le boom chinois s’accompagne de disparités économiques croissantes. Toutefois, à partir de 1995, le rythme de creusement des inégalités se tasse un peu, sans doute parce que de plus en plus de chinois parviennent à s’extraire de l’extrême pauvreté.

Quels enseignements tirer de tout cela?

D’une part, l’obsession de la croissance économique a un coût social élevé, comme   les mises en garde du Prix Nobel Amartya Sen à propos de la stratégie indienne nous le rappellent.

D’autre part, la libéralisation des échanges ne résorbe pas les écarts de revenus dans les pays du Sud, comme le donnait à espérer le modèle standard du commerce international.

Au Nord comme au Sud,  la mondialisation semble privilégier les salariés les plus qualifiés.

DG

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s