Quand Marx brûle les planches

Transposer les écrits de Karl Marx en moment de  théâtre, il fallait oser.

C’est chose faite, grâce à la savoureuse interprétation de Luc Sabot dans la pièce Marx matériau , mise en scène par Jacques Allaire.

Bout de craie et verre(s) de vin  en main, le comédien  nous embarque dans les démonstrations mathématiques des cycles de l’argent et du capital et l’on s’amuse de l’écriture scandée du savant (fou?).

Un grand moment d’intelligence non exempt de passages problématiques. Ainsi, j’avais totalement oublié cet extrait du Manifeste (1848), dans lequel Marx décrit comment le capitalisme contraint tous les peuples à l’ouverture, y  compris les  barbares xénophobes les plus entêtés (allusion à la Chine).

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s