Pas de Dalaï sans représailles

Deux économistes allemands viennent de montrer que les rétorsions commerciales chinoises prises à l’encontre de tout pays qui déroule le tapis rouge au leader spirituel tibétain affectent significativement  les échanges bilatéraux.

En moyenne, ce genre de discorde se traduit par une chute des exportations vers la Chine d’environ  8 à 16% .

« L’effet Dalaï-Lama » passe par un  gel direct de gros contrats de la part de autorités chinoises (biens de transport, machines) puis par le boycott des biens de consommation les plus emblématiques du pays qui  ose défier l’Empire du Milieu.

L’article nous apprend que les représailles atteignent leur maximum d’intensité lorsque le Dalaï-Lama est reçu par le chef de l’Etat ou du Gouvernement local.

Toutefois, ces disputes diplomatico-commerciales sont éphémères.

Elles ne durent pas plus deux ans, comme si, avec le temps, chaque protagoniste revenait à des considérations plus spécifiquement économiques. A ce titre, le revirement actuel du Président de la République Française, ne fait pas exception.

De manière générale, on peut constater que le « village gaulois » est dans une situation paradoxale.

En effet, la France est le pays qui héberge le plus de groupes pro-Tibet (31 contre 20 aux Etats-Unis et 4 en Allemagne) mais cela n’en fait pas l’hôte  privilégié du Dalaï-Lama: entre 1991 et 2008, ce dernier a été invité 12 fois  au pays des  Droits de l’Homme,  contre 14 en Allemagne.

DG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s