Spécialisation à tous les étages?

Le blog Expeconomics oppose l’éclectisme du travail de Léonard de Vinci à la logique de spécialisation recommandée par Adam Smith et David Ricardo:

« Tout l’esprit et l’œuvre de Leonardo s’oppose en effet radicalement totalement au principe de division du travail et de spécialisation avancé initialement par Adam Smith, puis par Ricardo, ce principe étant avec l’accroissement des opportunités d’échange une des sources du développement du capitalisme et de notre richesse matérielle.« 

Ce qui est vrai à l’échelle individuelle continue-t-il à s’appliquer au plan collectif?

Chez Smith, il y a un paradoxe: plus les agents économiques sont spécialisés, moins les nations le sont (voir  le  stimulant papier de C. Hidalgo et R. Haussman).

En effet, la division individuelle du travail permet l’éclosion d’une infinité de biens différents, ce qui explique  la complexité de l’offre des pays les plus riches.

Smith insiste à plusieurs reprises sur ce foisonnement comme pour dissuader l’Etat de piloter l’économie (encore et toujours la main invisible), alors que la loi ricardienne des avantages comparatifs plaide pour une spécialisation absolue, ce qui, d’une certaine façon, ouvre la voie à une forme de volontarisme d’Etat.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s